Mercato - Barcelone : Ces révélations fracassantes sur le feuilleton Xavi !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour remplacer Ronald Koeman, le Barça voudrait à tout prix s'offrir les services de Xavi. Pour mettre toutes les chances de son côté, Joan Laporta a envoyé Rafa Yuste et Mateu Alemany au Qatar pour qu'ils négocient avec la direction d'Al-Sadd. Toutefois, le président du FC Barcelone pourrait regretter de ne pas avoir, lui aussi, fait le déplacement. Désormais contraint de mettre la main à la poche pour rapatrier Xavi, Joan Laporta devrait toutefois obtenir gain de cause dans les prochains jours.

Alors qu'il est passé totalement à côté de son début de saison avec le FC Barcelone, Ronald Koeman a été remercié après la défaite contre le Rayo Vallecano. Pour pallier le départ de son technicien néerlandais, Joan Laporta souhaiterait rapatrier Xavi. Et alors que le technicien espagnol est encore sous contrat avec Al-Sadd, le président du Barça a envoyé Mateu Alemany et Rafa Yuste au Qatar pour qu'ils trouvent un terrain d'entente avec le club qatari. Sachant que Xavi disposerait d'une clause libératoire, les hautes sphères d'Al-Sadd auraient été prêtes à ne pas la facturer, mais l'absence de Joan Laporta à Doha les auraient fait changer d'avis.

«Le Barça devra payer la clause libératoire, qui est d'environ 10M€»

Lors d'un entretien accordé à Cuatro, le journaliste Mohammed Alkaabi a expliqué que les patrons d'Al-Sadd avaient très mal pris le fait que Joan Laporta ne soit pas venu négocier avec eux à Doha. « Mes amis (faisant référence aux cheikhs d'Al-Sadd) voulaient que (Joan) Laporta…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles