Mercato - Barcelone : Xavi met une énorme pression sur Ousmane Dembélé !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En fin de contrat en juin prochain avec le FC Barcelone, Ousmane Dembélé aurait décidé de ne pas prolonger son bail et de partir libre. Une situation que le Barça n'accepte pas à l'image de Xavi qui lui fixe un ultimatum : soit il prolonge, soit il part.

Entre le FC Barcelone et Ousmane Dembélé, la guerre est déclarée. En effet, l'ailier français aurait refusé de prolonger son bail qui s'achève en juin prochain en fixant d'énormes exigences au club blaugrana. L'ancien Rennais réclamerait un salaire annuel avoisinant les 40M€ ainsi qu'une prime à la signature avoisinant les 20M€ avec des commissions de 20M€ également pour son agent Moussa Sissoko. Très agacé par la situation, le Barça aurait fixé un ultimatum à Ousmane Dembélé, soit il prolonge soit il est vendu cet hiver. Le représentant de l'international français n'a pas hésité à réagir à cette situation. « C’est un coup de pression qui ne fonctionne pas avec les gens comme nous. Peut-être que ça peut fonctionner avec des agents qui font du copinage avec le FC Barcelone. Ce n’est pas mon cas, je suis là pour défendre les intérêts de mon joueur », confiait Moussa Sissoko au micro de RMC Sport. Présent en conférence de presse, Xavi lui a dérailleurs répondu sèchement : « Je me pose aussi cette question, mais c'est une question pour lui. Je ne veux manquer de respect à personne, mais le message est clair. La solution est qu'il renouvelle son contrat ou qu'il cherche une porte de sortie ».

Xavi confirme un ultimatum pour Dembélé

Et…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles