Mercato : Entre crise sanitaire et imbrioglo sur les droits TV en France, les clubs ont été frileux ou ont eu recours aux prêts

Jean-Baptiste Lautier
·1 min de lecture

• Pendant la pandémie, les prêts devenus la norme

La crise économique liée à la pandémie de Covid s’est particulièrement invitée dans le mercato hivernal et a rendu les clubs européens plutôt frileux lorsqu’il a s’agit de toucher à leur trésorerie. En attendant la suite du feuilleton Messi, dont le contrat arrive à échéance cet été au Barça, peu de mouvements de taille ont été observés durant le mois de janvier, aucun transfert astronomique comme c'était devenu la norme depuis plusieurs années déjà.

Les dirigeants ont d’ailleurs largement opté pour des échanges de joueurs sous la forme de prêts, un moyen d’éviter une prise de risque au niveau financier. Alors que ce type de pratique s'observait plus fréquemment dans des clubs de second rang, le prêt a également été utilisé par les plus grands d’Europe comme la Juventus ou Arsenal pour représenter près de la moitié des mouvements de joueurs sur ce mercato.

• La ligue 1 : L’imbroglio Mediapro a freiné les ardeurs

Contrairement aux autres grands championnats européens, la Ligue 1 n’a pas seulement été handicapée...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi