Mercato - OM : Jorge Sampaoli a lancé sa révolution dans le vestiaire !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Arrivé au mois de mars à Marseille, Jorge Sampaoli a vite imposé sa patte à l'OM et opéré des choix forts. Avec la mise en place d'un style de jeu offensif, le technicien fait, pour l'instant, l'unanimité, même si quelques tensions commencent à apparaître dans le vestiaire.

Ce mardi, l’OM pointe à la deuxième place au classement de la Ligue 1, à cinq points du PSG. Depuis le début de la saison, le club marseillais, qui a changé de visage cet été, est porté par ses supporters, mais aussi par Jorge Sampaoli. Agé de 61 ans, le technicien argentin est vite devenu un visage incontournable du championnat français. Avec son caractère fort et entier, il vit intensément les matches ce qui lui vaut, parfois, quelques remontrances de la part des arbitres. « Vous pouvez imaginer comment il est... Il veut toujours gagner en jouant bien. A l’entraînement, il est comme en match. En-dehors du terrain, il est très posé, il rigole beaucoup. Mais quand il est sur le terrain, c’est une autre personne. Il est sérieux et il veut qu’on joue comme il aime, c’est un coach très exigeant. Il nous demande de jouer sur nos qualités » a confié Pape Gueye au sujet de son entraîneur. Mais si Sampaoli fait l’unanimité au sein de la cité phocéenne, c’est aussi en raison de son style de jeu offensif, qui dérange bon nombre de clubs cette saison. Une méthode qui commence, toutefois, à faire des étincelles au sein du vestiaire olympien.

Des premières tensions dans le vestiaire ?

L’Equipe revient sur les premiers mois…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles