Mercato PSG/Barça - Kluivert revient sur le feuilleton Neymar

En conférence de presse, l'entraîneur du PSG a fait le point sur l'actualité de son équipe avant la réception de Lille vendredi au Parc des Princes.
En conférence de presse, l'entraîneur du PSG a fait le point sur l'actualité de son équipe avant la réception de Lille vendredi au Parc des Princes.

Pendant de longues semaines, le nom de Neymar Jr a alimenté les chroniques mercato de la presse française, espagnole et brésilienne. Un feuilleton digne d'une telenovela qui s'est conclu par l'échec du transfert de la superstar brésilienne. Neymar, actuellement blessé, vit donc sa troisième année dans la capitale française, avec l'objectif d'assouvir enfin ses ambitions avec la tunique rouge et bleue.

Patrick Kluivert est plutôt bien placé pour parler de ce feuilleton. L'ancien buteur néerlandais était passé par le Paris Saint-Germain en tant que Directeur du football, où il était en charge de la politique de recrutement du club. Il est aujourd'hui dans l'autre camp, au FC Barcelone, à la tête du centre de formation du club catalan, la très réputée Masia.

Interrogé sur ce grand ramdam dans un entretien accordé à Mundo Deportivo, l'ex-attaquant a tenté de calmer le jeu entre les deux clubs, plaidant l'indulgence pour toutes les parties dans un contexte lié à la dimension du joueur.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"On parle des meilleurs du football", a-t-il expliqué. "Si c’était facile, ça ne serait pas de grands joueurs. C’est normal qu’après une opération Neymar, qui l’a emmené loin de Barcelone, il soit difficile de le laisser revenir. Je comprends que Nasser (Al-Khelaïfi) veuille qu’il reste parce que c’est un joueur avec de très bonnes vertus et il peut faire basculer une action. C’est un footballeur très fort et je comprends que ce n’est pas facile".

Pour rappel, Patrick Kluivert avait aussi porté le maillot du FC Barcelone durant sa carrière de joueur avant sa nouvelle vie de dirigeant.

Brésil-Corée du Sud 3-0, Coutinho et la Seleçao se redressent

À lire aussi