Mercato - PSG : Barcelone, Pochettino… Wijnaldum dit tout sur son son arrivée !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Première recrue du PSG cet été, Georginio Wijnaldum est revenu sur son arrivée avortée au FC Barcelone, son choix de rejoindre Paris et enfin sa conversation déterminante avec Mauricio Pochettino.

Avant l’ouverture du marché des transferts, il était assez difficile d’imaginer le travail qu’allait réaliser Leonardo avec le PSG. Si les finances se portent bien, le fair-play financier a tout eu un oeil sur le club parisien. Alors le directeur sportif du PSG a recruté malin. 6 recrues, dont 4 gratuites. Des coups XXL avec Georginio Wijnaldum comme premier renfort. Une arrivée inattendue puisque l’international néerlandais était à un rien de s’engager avec le FC Barcelone. Dans un entretien accordé au journal L’Equipe, Wijnaldum est revenu sur son arrivée avortée à Barcelone : « Comme je l’ai dit, vous suivez votre feeling. Il y a plusieurs mois, j’avais émis l’envie de rester à Liverpool mais, sans entrer dans les détails, Liverpool ne me donnait pas le sentiment de vouloir me conserver. Dans ces cas-là, on doit avancer. Barcelone est venu. J’étais vraiment heureux car, depuis tout petit, comme pour la majorité des joueurs néerlandais, c’était le club de mes rêves même si je dois avouer que mon idole était Zinédine Zidane, un joueur du Real Madrid. J’avais vraiment un bon feeling à l’idée de m’engager avec le Barça. Mais les négociations ont duré très longtemps et Paris est arrivé. A la différence de six ans plus tôt, le club m’a montré son désir de me recruter. Il était temps pour…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles