Mercato - PSG : Mbappé ennemi public n°1 et totalement pris au piège…

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Édito - Qu’il parte d’ici mardi, dans un an ou qu’il reste au PSG, Kylian Mbappé est déjà condamné à être le mauvais objet d’un dossier qui lui a totalement échappé. Depuis longtemps.

Sifflé par son propre public. Critiqué par les réseaux sociaux. Et bientôt conspué, peu importe le sort que lui réserve son avenir. Kylian Mbappé est pris au piège dans son propre dossier. Condamné et jugé avant même d’avoir pu s’exprimer. Car à l’exception d’avoir évoquer son désir de voir une « équipe plus compétitive » au début de l’été, le champion du monde n’a absolument rien dit depuis l’ouverture du mercato estival. Pas un mot. Pas une phrase sur cet avenir autour duquel tout le monde a un avis sans avoir pris le temps d’écouter le sien.

Vous lui reprochez quoi, en fait ?

Certes, Kylian Mbappé aurait pu prendre une décision plus tôt. Déclarer ouvertement ses intentions et les livrer au public. Une manière de clarifier les choses et d’éviter cet été dans lequel il est en train de devenir l’ennemi public n°1. Celui qui trahit. Celui dont on ne veut plus. Pourquoi ? On ne sait plus vraiment. Que peut-on, concrètement, lui reprocher ? Qu’est-ce qui peut justifier ce flot de haine envers ce gamin que tout le monde adulait il y a encore 6 mois ? Son silence ? Ne pas avoir parler lui vaut aujourd’hui d’être considéré comme un traître à la nation, à l’institution PSG. Mais parler pour dire quoi ? Qui s’est posé la question de savoir s’il avait pris une décision, ou non. Visiblement, tout le monde sait…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles