Mercato : PSG, OM... L'étau se resserre pour cette star de Premier League !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En grande difficulté à Arsenal, Pierre-Emerick Aubameyang pourrait prendre le large avant la fin du mois de janvier. Alors que le PSG, l'OM et le Milan AC seraient disposés à relancer l'attaquant gabonais, Mikel Arteta devrait très vite décider avec le propriétaire des Gunners, Stan Kroenke, s'il lui accorde un bon de sortie en prêt pour cet hiver. Sachant que les deux hommes ont tardé a annoncé leur verdict, la Juventus, le FC Barcelone et le FC Séville auraient déjà tiré un trait sur Pierre-Emerick Aubameyang.

Alors qu'il était le grand capitaine d'Arsenal, Pierre-Emerick Aubameyang a été déchu à cause de problèmes extra-sportifs. Par la suite, l'attaquant gabonais a vu son temps de jeu diminuer chez les Gunners, avant d'être mis au placard. Dans une situation critique, Pierre-Emerick Aubameyang pourrait ne plus faire long feu dans le club londonien, et ce, malgré un contrat qui court jusqu'au 30 juin 2023. En effet, l'ancien de l'ASSE pourrait quitter Arsenal d'ici la fin du mois de janvier pour se relancer, et surtout mettre fin à son calvaire chez les Gunners. Conscientes de la situations, plusieurs écuries européennes seraient en embuscade, et notamment le PSG de Mauricio Pochettino et l'OM de Jorge Sampaoli. Et alors que Pierre-Emerick Aubameyang ne manquerait pas de prétendants, Mikel Arteta aurait prévu de rencontrer Stan Kroenke, le propriétaire d'Arsenal, pour sceller son avenir.

Un combat entre le PSG, l'OM et le Milan AC pour Aubameyang ?

Selon les informations du…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles