Mercato - PSG : Les vérités de Neymar sur son retour avorté au FC Barcelone !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Arrivé au PSG à l’été 2017, Neymar avait toutefois tout faire pour retourner au FC Barcelone deux ans plus tard. Alors que les négociations avaient été entamées entre les deux clubs, aucun accord n’avait finalement pu être trouvé. Neymar est donc resté au PSG et il est d’ailleurs revenu sur ce feuilleton.

Aujourd’hui, Neymar est heureux au PSG, un club avec qui il a récemment prolongé jusqu’en 2025, tout en disposant d’une année supplémentaire en option. Une situation qui change d’il y a quelques années. En effet, entre le Brésilien et le club de la capitale, le divorce était proche à l’été 2019. Alors que le PSG avait battu des records et lâchait 222M€ en 2017 pour l’arracher au FC Barcelone, Neymar n’était pas vraiment heureux dans la capitale. Ainsi, en 2019, l’international auriverde avait fait le forcing pour retourner chez les Blaugrana. Les négociations étaient même engagées entre le PSG et le FC Barcelone. Le club catalan proposait d’ailleurs 110M€, Ivan Rakitic, Jean-Clair Todibo et le prêt d’Ousmane Dembélé en échange de Neymar. Alors que le Qatar voulait 130M€ en plus des joueurs précédemment cités, cela ne s’est finalement pas.

« J’ai vu que je me sentais mieux ailleurs »

Ce mardi, Netflix a sorti un documentaire retraçant la carrière de Neymar. Dans celui-ci, le joueur du PSG revient notamment sur sa volonté de retourner au FC Barcelone en 2019 et le fait que cela n’ait pas été possible. « Quand j’ai pris la décision de quitter le PSG, ce n’était pas à cause d’un fan…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles