Mercedes soutient le gel des moteurs dès 2022 pour aider Red Bull

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Honda a récemment annoncé son retrait de la Formule 1 au terme de la saison 2021, laissant Red Bull et AlphaTauri sans motoriste au-delà. La principale option des deux écuries, qui ne les enchante guère, est de revenir dans le giron de Renault : le Losange n'aura plus de client à partir de l'an prochain, quand McLaren renouera les liens avec Mercedes, et sera obligé par la réglementation de fournir ses moteurs aux écuries au taureau si celles-ci ne trouvent pas de fournisseur.

Lire aussi :

Red Bull, le jeu de patience de Nico Hülkenberg

Cependant, Red Bull cherche une solution qui lui permettrait de garder les moteurs Honda après le retrait de la marque nippone, à savoir un gel des développements à partir de 2022 : cela permettrait à l'écurie de Milton Keynes de conserver un groupe propulseur compétitif sans devoir s'engager dans une course à l'armement qui pourrait s'avérer difficile du fait de la complexité des unités de puissance hybrides, ces dernières requérant un savoir-faire et un budget non négligeables. Directeur de Mercedes AMG F1, Toto Wolff est favorable à cette proposition.

"Je pense que la Formule 1 est dans une bonne situation avec trois motoristes, mais si nous pouvons en garder quatre...", commente Wolff. "Je comprends parfaitement où veut en venir Red Bull. Ils ne veulent pas retourner à un statut de client. Ils veulent être une écurie d'usine. Ils ont la capacité de faire de petites modifications, voire d'optimiser [l'unité de puissance], et il y a peut-être des choses dans les tuyaux de la part de Honda qui les convainc que le moteur a encore davantage de potentiel. Mais je pense que nous devrions tout faire pour donner cette opportunité à Red Bull."

"Je comprends qu'ils ne veuillent pas s'engager dans une guerre de dépenses avec tous les autres motoristes. C'est une proposition raisonnable. Je souhaite la soutenir. Je pense que Red Bull est une marque extrêmement importante pour la Formule 1 et que nous devrions tout faire pour que les deux écuries restent en F1 et pour les aider à avoir ce qui est concrètement un statut d'usine."

Peut-on considérer que Red Bull tente de faire passer cette mesure en force ? Pour Wolff, cela n'aurait rien de choquant. "Je pense qu'en Formule 1, tout le monde essaie d'obtenir le meilleur deal, aussi bien côté financier que côté performance", souligne l'Autrichien. "Telle est la situation actuelle, et je peux faire avec. Qu'ils aient un moteur client ou aident à financer le programme de développement Honda ou le fassent eux-mêmes, je peux faire avec. Chaque décision me convient."

Le sujet du gel des moteurs sera abordé par la Commission F1 dans sa prochaine réunion, ce lundi.

Propos recueillis par Luke Smith