« Mercredi », un teen-show gothique 100 % burtonien

Macabre - Tim Burton renoue avec ses étranges obsessions dans la série « Mercredi », disponible sur Netflix ce mercredi

Le match parfait ! Si les noces funèbres entre le néogothique enchanteur de Hollywood Tim Burton et la gamine macabre et sardonique de la Famille Addams, Mercredi, semblent qu’évidentes, elles n’avaient jusqu’ici jamais abouti. Approché pour réaliser le film de 1991, le cinéaste doit renoncer en raison de son engagement antérieur sur Batman, Barry Sonnenfeld s’y colle. Au début des années 2010, les rumeurs parlent d’une résurrection de la famille Addams en stop motion qui ne voit jamais le jour.

C’est désormais chose faite avec Mercredi, série d’Alfred Gough et Miles Millar, produite et en partie réalisée par Tim Burton, lancée ce mercredi sur Netflix. Comment cette adaptation drôle et sombre des comics de Charles Addams permet au cinéaste d’y développer son univers ?

Mercredi, l’héroïne gothique par excellence

Mercredi rejoint la cohorte des héros gothiques burtoniens au teint blafard, qui ne se sentent à leur place nulle part, sauf dans les cimetières. Comme Lydia Deetz dans Beetlejuice, Mercredi est une adolescente brillante, mais tourmentée par ses angoisses, qui se sent isolée d’un monde qu’elle exècre. Comme Katrina Van Tassel dans Sleepy Hollow, Mercredi possède un don de sorcellerie qu’elle a hérité de sa mère. Comme Edward dans Edward aux mains d’argent, Mercredi semble réticente à touc(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« 1899 » : La boîte à mystères trippante façon « Lost » des créateurs de « Dark »
« Plus belle la vie » : « L’histoire de ce feuilleton est celle de nos vies »
Comment « La grande aventure de “Plus belle la vie” » a capté « un moment d’histoire de la télévision » ?