L'émouvant message de remerciement de Guendouzi à Emery

L'émouvant message de remerciement de Guendouzi à Emery
L'émouvant message de remerciement de Guendouzi à Emery

PREMIER LEAGUE - Recruté et installé dans l’équipe première d’Arsenal par Unai Emery, le milieu français Matteo Guendouzi a adressé un beau message au coach espagnol, remercié ce vendredi par la direction des Gunners.

Alors qu’il évoluait en Ligue 2 il y a encore un an et demi, Matteo Guendouzi est aujourd’hui titulaire indiscutable en Premier League et a même récemment été appelé en équipe de France A par Didier Deschamps. Cette ascension fulgurante, le jeune milieu de terrain (20 ans) la doit en grande partie à la confiance témoignée par le désormais ex-entraîneur d’Arsenal Unai Emery. Après l’avoir recruté à Lorient à l’été 2018, le coach espagnol a ainsi immédiatement intégré Guendouzi en équipe première, lui accordant un temps de jeu surprenant pour un joueur de son âge. Le natif de Poissy s’est ensuite chargé de prouver à tous que le choix de son entraîneur était le bon, déployant un potentiel impressionnant et progressant sans cesse, jusqu’à devenir l’une des rares valeurs sûres des Gunners cette saison.

Au moment de voir Emery quitter le club, après une série catastrophique de sept matches sans victoire toutes compétitions confondues, Matteo Guendouzi a donc logiquement tenu à adresser un message de remerciement (en anglais et en français) au principal responsable de sa révélation au plus haut niveau. “Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi, je ne vous en serai jamais assez reconnaissant, écrit ainsi l’international Espoirs. Vous m’avez tellement fait grandir en tant que footballeur, mais aussi en tant qu’homme. Si j’ai atteint ce niveau aujourd’hui, c’est grâce à vous et votre travail. J’ai énormément progressé et franchi de nombreux paliers. Vous êtes un grand homme et un très grand coach. Je vous souhaite pleins de bonheur et de succès dans vos futurs projets. Merci coach.” Touchant.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi