Metz face à Kristiansand en demi-finales de Ligue des Champions

Orlane Kanor et les Messines affronteront Kristiansand en demi-finales. (A. Mounic/L'Équipe)

Metz a hérité des tenantes du titre norvégiennes de Kristiansand à l'occasion du tirage au sort du Final Four de la Ligue des Champions, qui se tiendra le week-end du 4 juin à Budapest. L'autre demi-finale opposera Györ à Esbjerg.

Il n'y a plus que du costaud dans le dernier carré, et Metz a été servi. Lors du tirage au sort des demi-finales de la Ligue des champions, effectué ce mardi, le club français a hérité de Kristiansand, champion d'Europe en titre, qu'il affrontera le 4 juin à Budapest (Hongrie). Les joueuses d'Emmanuel Mayonnade, qui joueront leur deuxième Final Four (4es en 2019), ont au moins évité Györ, favori de chaque saison vu son potentiel et le fait de jouer presque à domicile, qui affrontera Esbjerg.

Depuis leur titre en mai 2021, les « Vipers » norvégiennes ont perdu leur star, Henny Reistad, meilleure joueuse du dernier Final Four, mais leur équipe n'en est pas moins impressionnante. En février, elles ont par exemple mis fin à une série de 70 matches sans défaite de Györ en C1 (30-29). Deuxièmes du groupe B, juste devant Metz, elles ont éliminé sans trembler les Slovènes de Ljubljana en quarts (32-25, 33-24), ce qui dessine une vraie montée en puissance.

lire aussi

Le tableau de la phase finale de la Ligue des Champions (F)

Mais Metz peut être sûr de ses forces : la bande de Méline Nocandy a battu deux fois Kristiansand lors de cette Ligue des champions, d'abord à Nancy (23-18, en septembre) puis en Norvège (31-25, en février), deux matches très différents mais deux des meilleures prestations messines cette saison en Coupe d'Europe. Depuis, elles ont éliminé Dortmund en huitièmes de finale (30-22, 32-19) et ont été exemptées de leur quart, en raison de l'exclusion des clubs russes qui a écarté Rostov de leur chemin.

En 2019, pour leur première expérience dans le grand barnum de Budapest, les Messines avaient été prises par l'enjeu et avaient perdu leurs deux matches. « J'espère que la prochaine fois, on en gagnera un », disait alors Emmanuel Mayonnade, dont l'équipe a pas mal évolué depuis mais qui peut prétendre au titre. « Tout est possible durant ces deux jours », a promis Hatadou Sako, la gardienne, présente au tirage au sort ce mardi.

lire aussi

Toute l'actualité du handball

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles