Metz renverse Brest et reprend son titre de champion de France

Les Messines ont dû s'arracher avant de hurler leur joie de reconquérir leur titre de championnes de France. (B. Paquot/L'Équipe)

Au bout d'une finale retour haletante, Metz a remonté son retard face au tenant Brest, dimanche (25-22, 24-26 à l'aller). C'est le 24e titre de l'histoire du club lorrain.

Metz a galéré, comme jamais cette saison dans l'Hexagone, mais Metz est champion de France. Au bout d'une finale irrespirable, les Lorraines ont reconquis leur couronne, dimanche face à leurs meilleures ennemies de Brest (25-22, 24-26 à l'aller), qui la leur avaient arrachée il y a un an.

Le club mosellan reprend le fil de sa domination nationale avec ce cinquième titre de champion sur les six derniers attribués (la saison avait été annulée en 2019-2020, au début de la pandémie). Ce trophée est surtout le premier à récompenser une saison éblouissante jusqu'à présent, après une saison régulière à 26 victoires en 26 journées.

Les coéquipières de Méline Nocandy visent encore deux autres levées, le week-end prochain lors du Final Four de la Ligue des champions à Budapest (demi-finale le 4 juin contre le champion d'Europe en titre Kristiansand) et le 11 juin à Paris en finale de la Coupe de France face à Besançon.

24

C'est le 24e titre de champion de Metz en 34 saisons depuis 1989. Le club lorrain est de très loin en tête du palmarès, devant les 9 titres d'Ivry.

Favorites, les Lorraines ont cependant dû s'arracher en finale pour renverser le champion en titre brestois, admirable de vaillance avec une équipe décimée par les blessures (Jaukovic, Kobylinska, Kouyaté, Niakaté). Après leur coup de froid du match aller en Bretagne (24-26), elles ont été sur un fil tout au long de la finale retour.

Les Dragonnes ont bien démarré avec leur joker de luxe Grâce Zaadi à la baguette (5-3, 10e). Mais elles ont ensuite subi une sévère éclipse (6-8, 22e), à coups de pertes de balle et d'erreurs défensives. Ce n'était que le début du chassé-croisé.

Orlane Kanor, épatante (6/6 au tir) a égalisé avant la pause (11-11, 30e) puis impulsé un début de seconde période plein d'agressivité (17-14, 36e). Jenny Carlson (6 buts) et les Brestoises ne lâchaient cependant pas prise. Jamais Metz n'aura creusé plus d'un but d'écart sur les deux matches.

Bruna De Paula fait la différence sur la fin

Quand, après deux penalties de suite manqués par les Messines, Pauletta Foppa a réduit le score à 21-20 (47e), Brest était à nouveau virtuellement champion. Mais la seconde gardienne lorraine Mélanie Halter a stoppé un penalty crucial d'Alicia Toublanc et Bruna De Paula a arraché deux buts dans les cinq dernières minutes (25-22, 59e), qui ont finalement fait la différence pour les Dragonnes.

Au micro de Sport en France, Orlane Kanor versait des larmes de joie : « On est tellement fières après cette saison magnifique. On avait raté le match aller, on avait à coeur de montrer autre chose. Surtout que c'était chez nous, mon dernier match ici. Je remercierai ce club toute ma vie. » La Guadeloupéenne est l'une des nombreuses figures du club qui vont s'en aller cet été, avec Astride N'Gouan, Méline Nocandy et Ivana Kapitanovic notamment.

Cléopatre Darleux, gardienne de Brest

« Metz mérite totalement son titre par rapport à sa saison, mais on s'est battues, on a affiché de belles valeurs

« Cela s'est joué à rien, un peu de fraîcheur sans doute car on a beaucoup tiré sur les mêmes joueuses, avouait la gardienne brestoise Cléopatre Darleux. Metz mérite totalement son titre par rapport à sa saison, mais on s'est battues, on a affiché de belles valeurs. La saison prochaine, on va repartir sur de nouvelles bases, avec de nouvelles joueuses, avec un peu plus de chance que cette saison j'espère. » Au bout d'une année très compliquée, les Brestoises devraient tout de même retrouver la Ligue des champions via une invitation, en compagnie de Metz qui est directement qualifié.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles