Michèle Mouton sur le programme Girls on Track : Les femmes gagneront, comme moi

James Allen
·6 min de lecture

Aujourd'hui, les efforts de Mouton se concentrent sur le fait de permettre à la nouvelle génération de femmes pilotes d'atteindre le sommet de la pyramide, via son rôle à la tête de la commission "Femmes dans le sport automobile". Depuis dix ans, elle travaille dur afin de développer la base de la pyramide, pour davantage de participation des femmes aux premiers échelons. Cette semaine, au siège de Ferrari à Maranello, son projet le plus ambitieux à ce jour a trouvé sa conclusion.

Michele Mouton

Michele Mouton<span class="copyright">James Bearne</span>
Michele MoutonJames Bearne

James Bearne

Girls on Track – Rising Stars est une compétition internationale pour les adolescentes entre 14 et 16 ans. Une première sélection de 20 pilotes provenant de 14 pays différents a été évaluée au circuit du Castellet avec la Winfield Racing School, et quatre d'entre elles ont été sélectionnées pour participer au shoot-out final à Maranello. En jeu : l'opportunité de devenir la première femme à rejoindre la Ferrari Driver Academy, avec un baquet en Formule 4 pour 2021.

"C'est vraiment à la hauteur de toutes les attentes", déclare Mouton. "C'est un grand pas en avant pour les jeunes. Nous pouvons les aider à atteindre une carrière professionnelle à un âge vraiment crucial où elles arrêtent souvent le sport auto car elles n'y voient pas d'avenir. Par ailleurs, je dirais que la collaboration avec Ferrari est une opportunité fantastique. C'est une vraie reconnaissance des progrès que nous continuons de faire après une décennie de travail avec la commission. C'est un programme de quatre ans, ce qui est très important. Nous espérons pouvoir voir bientôt la première femme pilote Ferrari."

"L'ambiance était bonne au Castellet avec, je dirais, un très fort esprit de combativité. On voyait que les filles étaient vraiment motivées. Le standard est relativement élevé. Certaines étaient très proches de la référence masculine sur un tour, on a donc vu une belle progression."

FIA Girls on Track Rising Stars logo

FIA Girls on Track Rising Stars logo<span class="copyright">FIA</span>
FIA Girls on Track Rising Stars logoFIA

FIA

Le programme Girls on Track a débuté en 2018 avec des fonds provenant de l'Union européenne avant de fusionner avec le programme Dare to be Different de Susie Wolff. Il a attiré des milliers de jeunes filles vers le sport automobile. Ce programme inclut des activités en piste et en dehors, notamment éducatives avec une attention particulière portée aux matières scientifiques, sans négliger la sécurité et l'écologie. "Tous ces programmes nous aident à faire venir davantage de jeunes filles, car nous devons remplir la base de cette pyramide, c'est très important", ajoute Mouton.

La mission de Mouton est d'accroître la participation des femmes dans tous les domaines du sport automobile. Cela ne concerne pas que les pilotes mais aussi les ingénieures, les mécaniciennes, les commissaires de course, les directrices d'équipe, les communicantes et les responsables marketing. "Nous voulons démontrer que le sport auto est ouvert à tous, et c'est très important à mes yeux", insiste-t-elle. "Notre sport est presque unique, les hommes et les femmes concourent à armes égales. Nous voulons également essayer d'avoir davantage de femmes à des postes de direction."

FIA Girls on Track Rising Stars participants

FIA Girls on Track Rising Stars participants<span class="copyright">FIA</span>
FIA Girls on Track Rising Stars participantsFIA

FIA

Il paraît absurde que près de 40 ans plus tard, Mouton demeure la seule femme à avoir remporté une compétition en Championnat du monde FIA, mais la Française se montre claire sur le fait que la clé du succès est de donner leur chance à suffisamment de femmes avec un équipement égal à celui des hommes lorsqu'elles montent les échelons, comme ce fut le cas pour elle.

"C'est dur pour tout le monde d'atteindre le sommet, surtout en Formule 1, peu d'hommes y arrivent. Bref, il n'est pas facile d'atteindre le sommet de la pyramide, et par rapport aux hommes, notre base est trop petite. Par conséquent, bien sûr, il y en a moins qui sont en mesure d'atteindre le sommet."

"Mais personnellement, je suis convaincue que la meilleure manière d'y arriver est de développer la base de cette pyramide pour que davantage de filles soient intéressées par le sport auto, puis qu'elles aillent continuer de se battre dans un championnat mixte. C'est très important. Et donner plus d'opportunités et le même matériel aux femmes. C'est le travail que fait notre commission afin de créer davantage d'opportunités pour travailler avec des écuries professionnelles et aussi des constructeurs. Et je crois que nous y sommes presque."

FIA Girls on Track Rising Stars with Motorsport Network banner

FIA Girls on Track Rising Stars with Motorsport Network banner<span class="copyright">FIA</span>
FIA Girls on Track Rising Stars with Motorsport Network bannerFIA

FIA

Ce qui rend notre sport unique, c'est notamment le fait que les femmes peuvent courir dans la même catégorie que les hommes, comme l'a fait Mouton avec beaucoup de succès lors de sa carrière en rallye. L'arrivée du championnat 100% féminin W Series a donc reçu un accueil mitigé de ceux qui faisaient campagne pour davantage de diversité en sport auto, mais il a créé un espace où les femmes peuvent parcourir davantage de kilomètres et engranger plus d'expérience à un stade crucial de leur développement et de leur carrière. Certes, elles ne courent qu'entre elles, mais elles sont aussi mises en valeur. Quel est l'avis de Mouton sur ce championnat et le rôle qu'il joue ?

"C'est une plateforme, c'est une bonne opportunité de courir gratuitement pour les femmes, et cela montre que les femmes peuvent piloter, mais seulement dans un environnement féminin. C'est bien qu'il y ait beaucoup d'initiatives. Mais pour moi, le succès, c'est contre tout le monde : hommes et femmes ensemble. C'est pourquoi nous voulons promouvoir la diversité dans notre sport et le fait que nous avons la même capacité à réussir."

"C'est exactement ce qui m'est arrivé. La question est toujours : 'Pourquoi avez-vous réussi ?'. Je dirais qu'au niveau national, j'avais la même voiture que mon coéquipier. Il était aussi le meilleur pilote français. Et je ne voulais pas être ridicule, j'ai dû repousser mes limites pour atteindre son niveau. [Tant que] l'on a les mêmes conditions et le même matériel, on doit faire ses preuves, on n'a pas d'excuse. J'attaquais donc très fort."

Michele Mouton, Audi Sport Quattro S1

Michele Mouton, Audi Sport Quattro S1<span class="copyright">Dave Dyer</span>
Michele Mouton, Audi Sport Quattro S1Dave Dyer

Dave Dyer

"Puis j'ai atteint le WRC car Audi a appelé et m'a proposé la même voiture que celle de Hannu Mikkola, qui était l'un des meilleurs pilotes du monde. Avec les mêmes conditions, je ne pouvais accepter d'être deux ou trois secondes derrière lui. Impossible. J'ai travaillé dur pour repousser mes propres limites et essayer de m'approcher de son niveau. Ça n'a pas été facile."

"Je pense vraiment que si j'avais été dans un environnement seulement féminin, j'aurais juste essayé d'être la meilleure femme, je n'aurais jamais tant poussé. C'est pourquoi, pour moi, c'est si important – ce n'est pas facile, et il faut se battre pour atteindre le sommet. Mais si l'on a les mêmes conditions, c'est possible. Je ne suis pas spéciale, je suis juste quelqu'un de normal."