Michael Phelps : « J’ai enlevé “je ne peux pas” de mon vocabulaire »

Michael Phelps veut désormais parler à la jeunesse et lever le tabou de la dépression dans le monde du sport.  - Credit:Julien De Rosa / AFP
Michael Phelps veut désormais parler à la jeunesse et lever le tabou de la dépression dans le monde du sport. - Credit:Julien De Rosa / AFP

Vingt-huit médailles olympiques, dont 23 en or, 37 records du monde battus au cours de sa carrière : Michael Phelps est tout simplement l'un des plus grands athlètes de tous les temps. Mais derrière les succès se cachent, comme pour beaucoup d'autres sportifs, la routine, l'entraînement et les moments de doute au quotidien. Comment rester éveillé et optimiste face aux interminables allers-retours dans les bassins ?

Présent à Paris pour la journée de conférences Demain le sport, le nageur américain en a profité pour se confier sur cette motivation qui ne l'a jamais quitté. « Ce qui a fait la différence, c'est le travail et tout ce qui l'accompagne comme valeurs. Je n'aurais jamais pu avoir toute cette lumière sans cette éthique. C'est quelque chose dont on parle souvent et c'est ça le plus gros secret derrière tous les succès : si tu veux être le meilleur, tu dois bosser ! »

Golden Phelps �� #swimminghttps://t.co/xeofC7pAjs

— The Olympic Games (@Olympics) August 11, 2016

Et derrière ce travail, il y a bien une détermination sans failles pour repousser ses limites. Quand on lui demande combien de longueurs, à son avis, il a effectuées au cours de ses années dans les bassins, l'Américain ne peut s'empêcher de sourire et de se souvenir de cette obstination au quotidien. « Dans certains livres, ils disent que j'ai parcouru le monde dix fois en tout rien qu'en nageant. Je sais qu'en moyenne je nageais 80 kilomètres par semaine, pour le calcul, c'est compliqué [...] Lire la suite