Michael Saruni, troisième performeur de l'histoire sur le 800 m en salle, suspendu provisoirement

Michael Saruni (à gauche) lors des derniers JO de Tokyo. (A. Mounic/L'Équipe)

L'agence kényane de lutte antidopage a publié une liste d'athlètes suspendus provisoirement dans laquelle figure notamment Michael Saruni, troisième performeur de l'histoire sur le 800 m en salle.

Les suspensions pour dopage continuent de pleuvoir au Kenya. Régulièrement épinglé par l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU), l'athlétisme kényan est une nouvelle fois dans le collimateur. Ce vendredi, l'agence kényane de lutte antidopage, dont les efforts ont été loués récemment par Brett Clothier, le directeur de l'AIU, a publié une liste de sportifs kenyans provisoirement suspendus.

lire aussi : Le Kenya dans le viseur de la lutte antidopage

Dans cette dernière de nombreux athlètes, dont Michael Saruni (27 ans), troisième performeur de l'histoire sur le 800 m en salle (1'43''98 en 2019), épinglé pour « une carence » à un contrôle antidopage (éviter, refuser ou ne pas se soumettre à une collecte d'échantillon).

En 2021, Saruni s'était hissé en demi-finales des Jeux Olympiques de Tokyo (Japon) avec un meilleur chrono de 1'44''54 dans la saison (record à 1'43''25 en 2018). En revanche, l'année dernière, il ne s'était pas qualifié pour les Mondiaux d'Eugene (États-Unis).

lire aussi : Toute l'actualité de l'athlétisme