Le ministère des Sports lance un audit au sein de la FFF

Noël Le Graët a rencontré la ministre Amélie Oudéa-Castéra vendredi matin. (S. Mantey/L'Équipe)

Après une entrevue entre la ministre Amélie Oudéa-Castéra et Noël Le Graët vendredi, le ministère des Sports a décidé d'engager une mission d'audit et de contrôle au sein de la Fédération française de football.

Après la publication d'une enquête du magazine So Foot pointant de nombreux dysfonctionnements au sein de la Fédération française de football (FFF), le ministère des Sports a annoncé vendredi qu'il allait engager « une mission de l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche (IGESR) d'audit et de contrôle sur le pilotage de la Fédération et le respect des obligations qui s'y attachent ».

lire aussi

La FFF attaque le magazine So Foot en diffamation

L'enquête de So Foot, parue le 8 septembre, évoquait notamment, sur la foi de témoignages anonymes, l'envoi de SMS à caractère sexuel à des employées de la FFF par le président Noël Le Graët, qui n'a pas souhaité évoquer le sujet dans un entretien accordé à L'Équipe mardi.

La décision du ministère est intervenue à l'issue d'une entrevue vendredi entre la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, et Noël Le Graët au siège du ministère. Florence Hardouin, la directrice générale de la FFF, était également présente lors de cette entrevue.

« Le ministre a rappelé qu'il était impératif que la FFF poursuive ses activités dans le respect absolu de tous les salariés »

« Noël Le Graët s'est engagé à transmettre à cette cette mission, dans la plus complète transparence, tous les rapports produits dans la période récente sur la FFF et notamment ceux ayant trait à sa gouvernance et à son management, a précisé le ministère des Sports dans un communiqué. Le ministre a rappelé qu'il était impératif que la FFF poursuive ses activités dans le respect absolu de tous les salariés, quel que soit leur niveau hiérarchique, et en veillant activement à la prévention et à la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences, notamment sexistes et sexuelles. »

lire aussi

Didier Deschamps : « Pas le climat le plus apaisé »

Selon une source interrogée par So Foot, plusieurs femmes auraient démissionné ces dernières années de l'instance car elles se sentaient « harcelées sexuellement, mais aussi moralement ». La Fédération a réagi jeudi, après la réunion de son comité exécutif, en annonçant le dépôt d'une plainte « en diffamation contre le magazine So Foot en raison des imputations gravement diffamatoires » de l'article.