Oudéa-Castéra : « Que le combat contre les violences sexuelles soit poursuivi » à la FFSG

Amélie Oudéa-Castera discutant avec Tony Estanguet lors de la journée olympique et paralympique 2022. (B. Paquot/L'Équipe)

La ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques Amélie Oudéa-Castéra, présente à la journée olympique autour du Stade de France, a réagi à l'élection de Gwenaëlle Gigarel-Noury la veille à la tête de la Fédération française des sports de glace.

Après une partie de tennis en ballerines face à Henri Leconte, un tir devant une cage de hand et une déambulation dans plusieurs stands de sports olympiques et paralympiques, la ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques a répondu aux questions des journalistes nombreux aux abords du Stade de France pour la journée olympique 2022.

« Quelle est votre réaction à la non-réélection de Nathalie Péchalat à la tête de la Fédération française des sports de glace (FFSG) ?
Gwenaëlle Noury a gagné par 52 % des voix. Je lui ai proposé que l'on puisse se rencontrer dès mardi. Nos messages, et on est tous très clair là-dessus, c'est d'abord de respecter le résultat de cette élection et de faire en sorte que tout le combat pour la libération de la parole et pour la prévention et la lutte contre les violences sexuelles soit poursuivi avec la plus grande opiniâtreté, la plus grande fiabilité. Ce sera le sens de mes messages, continuer à favoriser cette libération et que l'on puisse être concentrés sur ces points-là.

lire aussi

À la FFSG, le retour des vieilles habitudes

Vous avez des doutes sur le fait que la nouvelle direction de la FFSG reste concentrée sur ce message ?
En tout cas, il y a un message de très grande fermeté et de clarté sur ces enjeux que nous devons absolument porter. Je pense qu'il est de ma responsabilité de rendre ce message tout à fait clair à un moment où démarre ce nouveau mandat qui emmènera vers les Jeux de 2026.

Amélie Oudéa-Castéra à propos des JO 2024

« On va essayer de faire en sorte que nos athlètes soient au meilleur de leur performance »

La journée olympique se déroule aux abords du Stade de France un mois après le fiasco de la finale de la Ligue des Champions, est-ce un symbole pour vous ?
Il y a une importance symbolique de revenir comme ça au Stade de France où les choses se passent bien. Cela s'est déjà bien passé vendredi soir pour la finale du Top 14 et également pour les matchs de la Ligue des nations (France-Danemark et France-Croatie). Je pense que l'on est extraordinairement mobilisé pour tirer les leçons et qu'un événement comme cela ne se reproduise pas. On est très engagé pour que l'ensemble des parties prenantes aient appris de cette soirée qui... le 28 mai, très clairement, on aurait aimé que les choses ne se passent pas comme cela.

Alors la journée olympique 2023 ici au Stade de France ?
Chiche !

Vous avez hâte d'être en 2024 ?
Je savoure chaque pas qui nous y emmène et ce sera évidemment un point d'orgue, une apothéose. On va essayer de faire en sorte que nos athlètes soient au meilleur de leur performance, que l'organisation soit irréprochable et que ce soit une vraie fête populaire et que l'on ait avancé dans l'héritage pour léguer un héritage durable pour une nation sportive. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles