MLS - Thierry Henry : "L'entraîneur doit donner une identité à l'équipe"

Goal.com
L'ancien attaquant espère parvenir à imposer sa vision du jeu lors de sa première saison sur le banc de l'Impact Montréal en MLS.
L'ancien attaquant espère parvenir à imposer sa vision du jeu lors de sa première saison sur le banc de l'Impact Montréal en MLS.

Un an après son expérience manquée sur le banc de l'AS Monaco, Thierry Henry s'apprête à connaître sa première saison sur un banc en MLS, avec l'Impact Montréal. Un championnat qu'il connaît bien pour avoir évolué aux New York Red Bulls entre 2010 et 2014.

"On ne peut pas comparer une arrivée à mi-saison et une autre avant la saison. Là, tu peux mettre des trucs en place, a-t-il affirmé dans une interview accordée à L'Equipe. En passant mes diplômes d'entraîneur avec les jeunes d'Arsenal, j'ai énormément appris. Avec la Belgique puis Monaco, j'ai également beaucoup appris, mais ç'a été différent.

"Je n'aime pas revenir sur mon passé de joueur mais les gens ne se rappellent que de tes succès. Alors que moi je me souviens de ce qui m'a permis d'arriver à ces succès : les erreurs."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Dans un championnat où les effectifs sont très denses, l'entraîneur a une certaine importance. "Oui, mais quand on regarde les qualifiés en play-offs, ce sont assez souvent les mêmes... Ça veut dire qu'il y a un écart à combler. À l'arrivée, ça passe aussi par le coach.

"Il doit donner une identité, une envie à l'équipe mais comme le disait souvent Pep [Guardiola] quand je l'avais comme coach : 'Mon devoir, c'est de vous amener dans les trente derniers mètres et après, la qualité doit parler'."

"Regardez Jürgen Klopp, ça a pris trois ans et demi"

L'objectif de la saison pour le nouvel entraîneur de la franchise canadienne ? "À l'arrivée, c'est gagner, faire les play-offs, qu'il y ait un peu de succès sur le terrain. Ça fait trois ans qu'on ne les a pas faits mais l'équipe est quasiment la même, donc il va falloir apporter un plus."

Enfin, le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France a évoqué son envie de s'inscrire dans la durée, d'installer une philosophie sur le long terme dans son club. "Je ne parle pas de moi mais en général, les gens veulent de nos jours que quelqu'un installe un héritage en peu de temps.

"C'est impossible, regardez Jürgen Klopp. (...) Maintenant tout le monde dit : 'oh là là Liverpool', mais ç'a pris trois ans et demi, même pour un grand manager. Il n'a pas fait ça en trois mois ou même en deux ans."

À lire aussi