MMA - UFC 226 - MMA - UFC 226 : Francis Ngannou battu par Derrick Lewis au terme d'un combat insipide

L'Equipe.fr
L’Equipe
Francis Ngannou et Derrick Lewis ont livré un combat insipide lors de l'UFC 226 à Las Vegas. Les deux strikers n'ont rien montré, suscitant la colère de la T-Mobile Arena de Las Vegas. A ce jeu, c'est l'Américain qui s'est imposé logiquement par décision unanime. Francis Ngannou a perdu gros dans ce combat.

MMA - UFC 226 - MMA - UFC 226 : Francis Ngannou battu par Derrick Lewis au terme d'un combat insipide

Francis Ngannou et Derrick Lewis ont livré un combat insipide lors de l'UFC 226 à Las Vegas. Les deux strikers n'ont rien montré, suscitant la colère de la T-Mobile Arena de Las Vegas. A ce jeu, c'est l'Américain qui s'est imposé logiquement par décision unanime. Francis Ngannou a perdu gros dans ce combat.

Francis Ngannou et Derrick Lewis ont livré un combat insipide lors de l'UFC 226 à Las Vegas. Les deux strikers n'ont rien montré, suscitant la colère de la T-Mobile Arena de Las Vegas. A ce jeu, c'est l'Américain qui s'est imposé logiquement par décision unanime. Francis Ngannou a perdu gros dans ce combat. Des mois durant ils se sont allumés sur les réseaux sociaux. Lors de la pesée d'avant-combat, Derrick Lewis (20 - 5 - 0, 1 NC) a fait mine de chercher l'affrontement. Samedi soir, dans l'octogone de la T-Mobile Arena de Las Vegas, sous les huées des spectateurs, pour ce combat devenu co-main event de la soirée après l'annulation de l'affrontement pour le titre des plumes entre Holloway et Ortega, les deux hommes se sont évités. A tel point que l'arbitre du combat, Herb Dean, rappelait à l'ordre les deux hommes dans la 2e reprise : «C'est le moment de combattre messieurs». Seulement 15 frappes (9 pour Lewis, 6 pour Ngannou) significatives étaient comptabilisées au terme des 10 premières minutes. Daniel Cormier détrône Stipe Miocic et entre dans l'histoire Le Camerounais avait retenu les leçons de son précédent combat pour le titre face à Stipe Miocic. Trop. Cherchant le coup dur dès les premiers instants en janvier dernier, Francis Ngannou (11 - 3 - 0) a pris tout son temps cette fois. A tel point qu'à la fin du combat on attendait encore qu'il se mette en action. Les dix dernières secondes du combat étaient rythmées par la bronca des spectateurs. Bruce Buffer, l'annonceur de l'UFC, donnait les résultats sous les huées du public et les trois juges la victoire à Derrick Lewis (29-28, 29-28, 30-27). L'Américain n'avait pas montré grand-chose mais avait eu le mérite de lancer deux, trois high-kikcs et tenté un amené au sol. Côté Ngannou, c'était le néant total. Peut-être que le Camerounais était perturbé par la musique de son entrée, un étonnant Despacito pour un affrontement attendu comme le combat des plus gros puncheurs de l'UFC. Chose étonnante, il n'y a même pas eu d'interview d'après-combat dans l'octogone. Unique pour un co-main event. Un combat à oublier pour tout le monde qui faisait amèrement regretter l'affrontement Holloway-Ortega. Les statistiques du combat parlaient d'elles-mêmes : 11 frappes significatives sur 46 pour Francis Ngannou (23%), 20 sur 54 pour Derrick Lewis (37%), aucun amené au sol et un temps de contrôle non comptabilisé pour les combattants... «C'est une performance horrible, je ne mérite pas de chance pour le titre. C'est très difficile de se contenter de cette performance, mon dos me faisait mal. Ma tête voulait mais mon corps ne suivait pas, même si j'ai essayé de le mettre K.-O. Je voudrais juste m'excuser auprès des fans et du public», commentait Lewis en conférence d'après combat. Perry assagi Paul Felder était le favori des bookmakers. Mais le «Irish Dragon», au terme de 3 rounds très intenses où les deux combattants ont frappé fort, multipliant les coups de coudse pour infliger des dommages, s'est incliné sur décision partagée (28-29). Mike Perry, qui restait sur une défaite face à Max Griffin en février, s'est montré moins fougueux qu'à l'accoutumée, gérant mieux sa performance tout en cherchant le K.-O. Un combat maîtrisé pour l'homme de Flint qui décroche sa première victoire en carrière par décision. Pettis rebondit  Micael Chiesa et Anthony Pettis auraient dû s'affronter lors de l'UFC 223. Mais Conor McGregor était passé par là et Chiesa, blessé dans l'incident de bus, avait dû déclarer forfait. L'ancien champion des poids légers, Anthony Pettis (12e) s'est imposé sur un triangle dans le 2e round. Après une première reprise équilibrée, marquée par une bonne dernière minute de Pettis, «Showtime» surprenait Chiesa sur une droite à la pointe du menton. Sonné, le n°9 de la catégorie avant ce combat vacillait et Pettis l'emmenait au sol pour la soumission. Si la guillotine échouait le triangle était fatal à Chiesa après 52 secondes dans la 2e reprise. Une victoire significative pour Pettis après sa défaite face à Dustin Poirier en novembre 2017. Poids lourds 
Stipe Miocic (18 - 3 - 0) vs Daniel Cormier (21 -1 - 0, 1 NC) Cormier par K.-O. au premier round Poids lourds 
Francis Ngannou #1 (11 - 3 - 0) vs Derrick Lewis #5 (20 - 5 - 0, 1 NC) Lewis par décision unanime (29-28, 29-28, 30-27)  Poids welters 
Paul Felder (15 - 4 - 0) vs Mike Perry (12 - 3 - 0) Perry par décision partagée (29-28 x2, 28-29)  Poids légers 
Michael Chiesa #9 (14 - 4 - 0) vs Anthony Pettis #12 (21 - 7 - 0) Pettis par soumission (triangle) au 2e round  Poids mi-lourds 
Khalil Rountree (7 -2 - 0, 1 NC) vs Ghokan Saki (1 - 2 - 0) Roundtree par K.-O. au 1er round

À lire aussi