Mo Farah révèle être entré illégalement au Royaume-Uni

Mo Farah a mis un terme à sa carrière en 2019. (S. Boué/L'Équipe)

Dans un documentaire dévoilé par la BBC mercredi, l'athlète britannique Mo Farah, quadruple champion olympique, a révélé être entré illégalement au Royaume-Uni dans sa jeunesse puis avoir ensuite été forcé à travailler comme domestique.

Dans un documentaire produit par la BBC et Red Bull Studios, qui sera diffusé au Royaume-Uni mercredi, Mo Farah dévoile quelques moments sombres de son enfance. Le quadruple champion olympique du 5 000 et 10 000 mètres (2012 et 2016) explique d'abord que son vrai nom est Hussein Abdi Kahin.

Mais à l'âge huit ou neuf ans, alors qu'il vit en Somalie avec ses parents et ses deux frères, il est emmené à Djibouti. C'est depuis ce pays de l'Est de l'Afrique qu'il rallie le Royaume-Unis par avion avec une femme, qu'il ne connaît pas et avec laquelle il n'a aucun lien de parenté. Cette femme le fait donc entrer illégalement au Royaume-Uni et lui indique qu'il s'appelle Mohamed Farah, avec de faux papiers à la clé.

Mo Farah, quadruple champion olympique

« Pendant des années, j'ai gardé ça au fond de moi »

La femme emmène alors Mo Farah dans son appartement de Hounslow, dans l'ouest londonien où le fondeur sera considéré comme un « domestique » et devra faire le ménage en échange de nourriture. « Pendant des années, j'ai gardé ça au fond de moi », précise Mo Farah qui avait toujours affirmé qu'il était arrivé de Somalie, avec ses parents, comme réfugié alors que sa famille natale n'a jamais mis les pieds en Angleterre.

Son père a été tué quand il avait quatre ans et vivait encore en Somalie où sa mère et ses frères vivent toujours. Quand il évoque ses années loin des siens, Mo Farah raconte encore : « Souvent, je m'enfermais dans la salle de bain et je pleurais. »

lire aussi

Toute l'actualité de l'athlé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles