Monaco champion de France de rugby à 7

(InExtenso SuperSevens)

Monaco a remporté ce samedi la finale de l'InExtenso SuperSevens à La Défense Arena de Paris. En finale, les Monégasques ont dominé la Section Paloise (24-14).

Monaco s'est adjugé samedi le titre de champion de France de rugby à 7 en remportant la finale de l'InExtenso SuperSevens face à Pau (24-14). C'est mérité pour l'équipe du Rocher qui était la plus forte et la plus régulière tout au long de cette journée de finale, à l'image de cette troisième édition du SuperSevens où Monaco a disputait quatre finales (sur les étapes de Pau, La Rochelle et Perpignan puis finale à La Défense Arena).

Monaco a fait la course en tête toute la partie. Face à eux, les Palois ont semblé impuissants en première mi-temps. Cecil Afrika et ses coéquipiers, de très loin plus expérimentés que leurs adversaires, ont croqué la moindre occasion qui s'est présentée à eux et logiquement à la pause, ils menaient 12-0. Mais après le repos, poussés par leur supporter venus en nombre, la jeune garde paloise, portée par le prometteur Thomas Carol, est revenue dans le match avec un essai d'entrée (12-7, 9e).

La fatigue aidant, des espaces se sont créés et ont permis aux attaques de se mettre en valeur (17-14, 12e). Et puis, dans la dernière minute, Gaspard Lalli est venu porter le coup de grâce pour permettre à son équipe de remporter cette finale et devenir championne de France de rugby à 7 (24-14).

lire aussi : Le Super Sevens prépare l'avenir de l'équipe de France

Pau a manqué d'expériencePau a manqué d'expérience pour renverser Monaco, une équipe composée de spécialistes du seven. L'équipe béarnaise a montré de belles choses tout au long de ce Championnat et cela promet de belles perspectives d'avenir.

Malgré « la fierté » de finir « meilleure équipe du Top 14 », selon les mots de Geoffrey Lannes-Petit, entraîneur de la Section Paloise Seven, « c'est dommage », regrettait-il après la finale perdue. « Ca se jour à des détails », analysait Thomas Carol. « On a fait une sacrée finale. C'est dur. On a manqué de réalisme même si on s'est bien accrochés en défense », regrettait-il.

D'autant que les Palois étaient dans le coup avant de craquer sur a dernière action. De quoi nourrir de belles ambitions pour les prochaines éditions. « On a failli battre Monaco en finale, en demies ils se qualifient à l'arraché aussi. Donc je pense qu'ils sont prenables. Encore une fois ça se joue sur des détails », a conclu Carol.

Côté monégasque, malgré la victoire finale et le titre à clé, l'aventure humaine prime. « Comme je le dis souvent, le rugby c'est 30% du travail, pour moi c'est 70% de ce qu'on fait dans la vie de tous les jours, comment on crée du lien. Si je vous montre mon plan de jeu c'est très simple, c'est une feuille avec un sourire au milieu, c'est le smile », savourait Jérémy Aicardi, entraîneur de Monaco Sevens.

lire aussi : Toute l'actualité du rugby à 7