Monaco, Jardim : "Être prêt à donner sa vie sur le terrain"

Malgré la mauvaise période que traverse l’AS Monaco, l’entraîneur portugais ne s’inquiète pas.

Après avoir fait un grand pas vers le titre de champion de France ce week-end suite à la défaite du PSG sur la pelouse de Nice, l'AS Monaco a désormais les yeux rivés vers sa demi-finale aller de Ligue des champions. Pour imiter l'équipe de Didier Deschamps en 2003-2004 et atteindre pour la deuxième fois de l'histoire la finale de la C1, les Rouge et Blanc doivent venir à bout de la Juventus. Leonardo Jardim est conscient qu'il sera difficile de battre les Bianconeri.

"Demain c’est un match très important mais la décision se fera là-bas. Il faudra sortir d’ici avec une victoire demain. Je pense que nous pourrons marquer là-bas. La Juventus a une culture de la gagne. Ils ont une équipe très bien organisée défensivement, costaud. Devant c’est très fort aussi, ils n’ont pas besoin de bcp d’occasions. Nous allons voir demain pour Bakayoko. Il aura peut être besoin d’un nouveau masque demain. On verra si ça marche bien. Le fait que le FC Barcelone n’ait pas marqué ne change rien. Ce ne sera pas la même chose. La Juventus ne regardera pas les six buts qu’on a mis contre Dortmund. Je connais la qualité de l’adversaire, c’est un match avec deux équipes différentes mais ayant la même ambition", a reconnu Leonardo Jardim devant les médias.

L'entraîneur portugais a rassuré quant à la fraîcheur physique et mentale de son équipe : "Mon futur n’est pas important, le plus important c’est la fin de saison de l’AS Monaco, les matches qu’il nous reste et cette demi-finale de Ligue des champions. Nous devons continuer sans rien changer. Nous ne devons pas penser aux autres, à notre avantage, que tout est fait. Rien n’est fait pour le moment. On a les cartes en main pour les réaliser. Nous sommes l’équipe jouant la plus en Europe, mais le plus important c’est la fatigue mentale, c’est la capacité à jouer les matches importants en fin de saison. C’est dans la tête que tout se joue, c’est plus important que la fatigue physique. Les joueurs ont travaillé toute la saison pour arriver bien dans la tête à cette période de la saison. Je suis toujours optimiste parce que je suis l’entraîneur. Si je ne suis pas optimiste, le message que je donne aux joueurs ne passera pas. Il faut profiter du moment. Faire attention à notre tactique et faire tout pendant les quatre-vingt-dix minutes, tout donner et n’avoir aucun regret. Il faut donner sa vie sur le terrain".

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages