Monaco-Juventus (0-2) - Higuain assassin, Monaco étouffé : les 6 choses à retenir de la victoire turinoise

Il était écrit que la Juventus serait un adversaire différent des deux précédents. Poussé dans ses retranchements et coupé de ses premières relances, Monaco en a fait l'implaccable constat dès le premier quart d'heure. Pourtant, après quelques instants de flottement, les hommes de Leonardo Jardim ont repris leurs esprits en se créant même les meilleures situations du premier acte. Par Mbappé, de la tête (12e) puis du pied (16e), deux fois sur un centre de Dirar et deux fois débouté par un Buffon impérial sur la seconde tentative du jeune attaquant. Puis, comme bien souvent, la Juve a joué son tour de magie préféré. Malgré une pression appuyée dans sa surface, la Vieille Dame a explosé vers l'avant, avec un geste sublime de Dybala pour lancer Dani Alves, merveilleux d'intelligence et de technique pour remettre en talonnade sur Higuain. L'Argentin qui n'avait plus marqué depuis 7 matches dans la compétition, a crucifié Subasic d'une frappe croisée imparable (0-1, 29e).

Le film de la rencontre

Alors que l'ASM avait attaqué le second round sur d'excellentes bases, la Juve a asséné son coup de massue. Et bis repetita. Tiémoué Bakayoko, pris dans le pressing de deux bianconeri, s'est pris les pieds dans le tapis. Le reste a été opéré en deux gestes, par les deux mêmes acteurs : un centre millimétré de Dani Alves pour une reprise clinique de Gonzalo Higuain devant Subasic (0-2, 59e). Pour Monaco, privé de Benjamin Mendy et de ses impulsions, la marche était cette fois trop haute.

Ce que vous n’avez peut-être pas vu : comment la Juve rend les voies impénétrables

Un classique du genre. Comme elle l'avait fait avec Lyon plus tôt dans la compétition, la Juve a démontré sa formidable capacité à se laisser pousser dans les cordes pour mieux contrer. Comme si, dans une course poursuite, le chassé se laissait presque rejoindre pour accélérer au moment fatidique. Monaco, qui n'a pas démérité - et qui a même dominé l'espace de plusieurs instants - en première période, n'a été qu'à quelques doigts de prendre l'avantage. Ceux de Gianluigi Buffon, par deux fois sauveur des siens, ont servi de première rampe de lancement à une redoutable machine collective. 

                                                             

bloc Juve

En 3-5-2, les coéquipiers de Gonzalo Higuain ont reculé, coulissé ensemble de manière presque scientifique. À partir d'un bloc médian magnifié à la récupération par des manieurs de ballons comme Pjanic, Marchisio ou Dybala, les Italiens ont empêché les créateurs monégasques de véritablement mettre le pied sur le jeu. Avec une incroyable densité au milieu de terrain, la Juve a parfaitement coupé les rampes de lancement pour faire déjouer Monaco, pas assez inventif pour trouver la faille.

Un homme dans le match : Gianluigi Buffon

Des hommes dans le match, la Juventus en a eu plusieurs. Dani Alves et Gonzalo Higuain, notamment, qui ont formé une paire assassine dans les deux premières demi-heure de chaque mi-temps. Mais si ceux de devant ont pu faire parler leur talent, c'est avant tout parce que leur capitaine leur a permis de le faire. Pas inquiété outre mesure pendant les 90 minutes, Gianluigi Buffon a sorti un arrêt de très grande classe devant Kylian Mbappé, pourtant irréprochable sur une volée quasiment à bout portant adressée au portier italien. Une parade décisive en première période puis une autre en toute fin de match sur ses deux seules vraies interventions de la rencontre. La marque des plus grands. 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages