Monaco-Juventus 0-2 / Les notes des Monégasques : Une défaite totale

Dépassés physiquement et tactiquement comme attendu par les Turinois, les Monégasques n’ont pas su, non plus, relever le défi technique. Autrement dit, la finition a pêché et on le sait, face à la Juve, cela ne pardonne pas. Au final, la défaite est totale, l’espoir de qualification évanoui.

 

ASM-Juve : 0-2

 

Subasic (4) : Il a plusieurs fois retardé l’échéance avec des prises de balle très sûres mais il ne peut rien sur l’ouverture du score et tarde clairement à sortir pour boucher l’angle face à Higuain (0-2, 59eme). Un match de niveau Ligue 1 en somme, pas de Ligue des Champions.

 

Dirar (5) : On l’a vu multiplier les montées et les bons centres…en première période, avant de disparaître comme le reste de l’équipe. Dommage car il a par ailleurs plutôt bien défendu, les deux buts italiens sont d’ailleurs arrivés de l’autre aile.

 

Glik (4) : Il avait deux « gros » clients ce soir dans sa zone et Pipita notamment lui en fait voir de toutes les couleurs avec ces déplacements redoutables et ses appels en profondeur. On l’avait jusqu’alors trouvé très costaud dans les grands matchs mais ce soir, il n’a pas su relever le défi.

 

Jemerson (4) : Comme d’habitude, on l’a peu vu. En général, c’est plutôt bon signe et synonyme de sa sérénité. Face à la Juve, cela a plutôt révélé ses limites dans le placement où il n’a jamais su lire le jeu d’Higuain.

 

Sidibé (4) : Il n’a certes pas joué sur son coté habituel mais cela ne suffit pas à expliquer les largesses offertes. Evidemment, les Turinois ne se sont pas fait prier et les deux buts sont arrivés par son aile. Et comme il n’a pas non plus brillé dans le secteur offensif, on rappellera simplement qu’il se remet tout juste d’une appendicite pour le dédouaner un peu.

 

Fabinho (4) : Monaco aurait tellement eu besoin d’un grand Fabinho pour éclairer et aérer son jeu face au bloc terriblement compact de la Juve. Mais hélas, le Brésilien n’était pas dans un grand soir et il n’a jamais su imposer son tempo.  

 

Bakayoko (3) : La grosse déception de la soirée. On comptait sur son activité au milieu pour court-circuiter les transmissions adverses et l’on n’a rien vu si ce n’est un joueur qui ne fait pas le repli nécessaire sur le 1er but et qui est directement à l’origine du 2eme après une perte de balle dans la zone interdite. Logiquement remplacé par Moutinho (66eme) qui a lui aussi subi la loi du milieu italien sans rien pouvoir y faire.

 

Silva (4) : On l’a encensé à juste titre pendant 6 mois mais il nous faut maintenant reconnaître qu’il enchaîne les matchs quelconques depuis début mars. Insignifiant balle au pied, il semble au bout du rouleau physiquement comme en témoignent ses quelques frappes anodines. Jardim le remplace par Touré (82eme), sans doute trop tard.

 

Lemar (4) : Ses coups de patte sur coups de pied arrêtés ont représenté la seule vraie menace planant sur la défense turinoise. Pour le reste, il n’aura pas montré grand-chose face à Dani Alves qui aura passé une soirée plutôt tranquille. Comme d’habitude, Germain (67eme) a lui plutôt réussi son entrée en apportant du mouvement et de la présence devant le but.

 

Falcao (4) : Même si Mbappé lui fait de l’ombre depuis quelques mois, il demeure le joueur phare de cette ASM, celui par qui le miracle peut se produire, et se devait donc de répondre présent pour le match le plus important de la saison. Ce rappel effectué, on peut dire qu’il a énormément déçu que ce soit dans la finition avec 2 timides tentatives en 90 minutes ou dans son leadership avec une équipe monégasque qui s’est trop rapidement résignée en deuxième période.

 

Mbappé (5) : Après 15 minutes de jeu et deux actions de grande classe qui mettent la défense italienne sens dessus-dessous, on se dit que ce garçon a définitivement un truc en plus pour venir bousculer ainsi les vénérables défenseurs turinois. Hélas, le feu de paille ne durera pas plus longtemps que cela et il sera quasiment porté disparu pendant tout le reste du match.

 

Jardim (4) : Pensait-il vraiment que «  tout se jouerait au retour » comme il l’a déclaré en conférence de presse la veille du match ? Dans ce cas, il aurait mieux valu proposer une ASM plus rigoureuse et pourquoi pas plus défensive pour jouer le 0 à 0 et tenter le hold up la semaine prochaine. Car en maintenant son schéma habituel, le Portugais a offert des espaces de contres précieux aux hommes d’Allegri avec une conséquence grave : tout s’est joué dès l’aller.

 

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages