Mondiaux d'Eugene : les hurdlers bleus et les sprinteuses jamaïquaines au menu de la nuit prochaine

Sasha Zhoya, Pascal Martinot-Lagarde et Just Kwaou-Mathey seront en lice pour les demi-finales du 110 m haies dans la nuit de dimanche à lundi. Margot Chevrier et Ninon Chapelle, elles, disputeront la finale de la perche. Le 100 m féminin sera l'autre temps fort de la nuit.

Trois Français en demi-finales du 110 m haies, combien en finale deux heures trente plus tard ? Ce sera l'un des enjeux bleus de la nuit de dimanche à lundi. Sasha Zhoya, couloir 8, attaquera l'affaire dès 2h05 face à la star américaine, Grant Holloway. Objectif : finir dans les deux premiers qualifiés automatiquement pour la finale (4h35) ou, à défaut, être dans les deux meilleurs temps repêchés à l'issue des trois demies.

Pascal Martinot-Lagarde, perturbé par les blessures dans sa préparation, devra hausser le rythme dans une deuxième demi-finale (2h13) dense face, notamment, au champion universitaire américain Trey Cunningham. Enfin, Just Kwaou-Mathey sera entouré par deux des favoris dans la troisième demie (2h21). à sa gauche, le champion olympique Hansle Parchment ; à sa droite, le meilleur performeur mondial (12''84), Devon Allen.

lire aussi

Le long chemin d'Hansle Parchment

Les Françaises à l'affût à la perche

Dans une compétition qui semble très ouverte derrière le duo américain Katie Nageotte-Sandi Morris, et en l'absence de la championne du monde russe Anzhelika Sidorova, les deux Françaises qualifiées, Ninon Chapelle, de retour dans l'élite après sa maternité, et Margot Chevrier, la plus constante cet été, ont une carte à jouer si elles se hissent au niveau du record de France (4,75m), à partir de 2h25.

Wilfried Happio, lui, aura fort à faire dans la troisième demi-finale du 400 m haies (3h21), celle du recordman du monde, champion du monde et olympique, Karsten Warholm, de retour de blessure. Se qualifier pour la finale serait une performance de choix.

Un goût de records ?

Mais les temps forts attendus de la nuit restent le poids hommes et le 100 m femmes. Dans la première discipline, le double champion olympique Ryan Crouser cherche le titre mondial qui lui manque encore. Et, au-delà, la foule espère un record du monde de l'Américain qui l'avait battu ici-même l'an dernier aux sélections olympiques (23,37m) et s'en était encore approché en juin - toujours à Eugene - lors des Championnats nationaux.


Un autre record, celui du 100 m féminin, serait un tremblement de terre. Mais depuis deux ans, et l'apparition de nouvelles pointes, les 10''49 très douteux de Florence Griffith-Joyner en 1988 ne semblent plus si intouchables. La championne olympique Ellen Thompson-Herah s'en était approchée à Eugene l'an passé (10''54). Shericka Jackson, descendue du 400 m, est une factrice X qui va de plus en plus vite (10''77 aux Championnats de Jamaïque). Mais la favorite restera la quadruple championne du monde, Shelly-Ann Fraser, qui possède les trois meilleurs chronos de la saison (top à 10''67) et peut faire sauter tout le monde en sortie de starts.

L'ordre est incertain mais l'éventualité d'un triplé jamaïquain, au lendemain du « sweep » américain chez les hommes, est tout à fait crédible. Réponse à 2h33 (demies) et 4h50 (finale).

lire aussi

Toute l'actualité des Mondiaux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles