Mondiaux : le duel entre Noah Lyles et Erriyon Knighton sur 200 m promet

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Erriyon Knighton et Noah Lyles s'affrontent à nouveau. (F. Faugère/L'Equipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Moins d'un mois après s'être affrontés aux Championnats des États-Unis, les Américains Noah Lyles et Erriyon Knighton se retrouvent en finale du 200 m des Mondiaux dans la nuit de jeudi à vendredi, à Eugene.

S'il n'a pas le prestige et l'impact immédiat auprès du grand public du 100 m, le 200 m vit actuellement une époque dorée. On devrait en avoir une nouvelle fois la démonstration ce jeudi soir à Eugene, où les deux finales du demi-tour de piste sont programmées à un quart d'heure d'écart en cerise sur le cheesecake de la soirée. Si elles sont aussi spectaculaires et rapides que les demi-finales de mardi, disputées dans des conditions parfaites (plus de 30 degrés, vent très favorable), les heureux possesseurs de billets au Hayward Field devraient s'en souvenir très longtemps.

Lyles veut dompter Knighton

Fin juin sur cette même piste d'Eugene, Noah Lyles avait remporté le 200 m des Championnats des États-Unis en 19''67, deux centièmes devant Erriyon Knighton. Entre le champion du monde 2019 (25 ans) et le jeune prodige floridien (18 ans), le duel avait été épicé par l'attitude de l'aîné juste avant de couper la ligne, montrant du doigt son adversaire comme pour lui signifier qui était - encore - le patron sur le demi-tour de piste.

lire aussi

Toute l'actualité de l'athlétisme

Mieux parti, auteur d'un virage sensationnel, Knighton, qui avait couru en 19''49 en avril lors de son meeting de rentrée (4e performeur de l'histoire), n'avait pu résister aux qualités de finisseur de Lyles. « Ma vitesse maximale est supérieure à la sienne, j'ai fait ce qu'il fallait pour gagner », lâchait le démonstratif champion du monde au micro de NBC. Juste à côté de lui, Knighton répliqua assez sèchement : « Je vais revenir ici pour gagner, l'histoire n'est pas terminée ». Avant de tourner les talons sans attendre de deuxième question.

Knighton

« Je ne ressens aucune pression avant la finale, ni de tension avec Noah.»

Après coup, Lyles assura qu'il n'avait rien contre son cadet, mais que son geste en pleine course était plutôt destiné à tous ceux qui l'avaient un peu oublié, médias inclus, depuis que Knighton avait déboulé au plus haut niveau, en 2021 (4e aux JO), avant même d'avoir quitté son lycée. Mardi lors des demi-finales, le showman Lyles a signé le meilleur chrono des trois courses (19''62, + 1,1 m/s), sans chercher à s'économiser dans les derniers mètres. « J'en suis exactement au point où je voulais être, pondérait-il en zone mixte. Mon coach (Lance Brauman) m'avait dit d'en garder un peu sous le pied. Je lâcherai tout en finale. »

lire aussi

Jeruto, McLaughlin, Van Niekerk... Ce qu'il faut retenir de la nuit de mercredi à jeudi à Eugene

Depuis trois semaines, Knighton, vainqueur de sa demi-finale en 19''77 en dégageant une grande impression de facilité, repousse avec soin et une certaine lassitude toutes les questions évoquant sa rivalité naissante avec Lyles : « Je ne ressens aucune pression avant la finale, ni de tension avec Noah. Je pense juste aux fans qui veulent voir de bons chronos et à mes proches qui sont en tribune. » Un troisième Américain, le vice-champion olympique Kenny Bednarek, sera présent en finale, à la différence du champion du monde du 100 m Fred Kerley, victime d'une crampe lors de sa demi-finale (6e en 20''68) mais qui espère être rétabli pour le 4x100 m.

lire aussi

Deuxième du 200m aux sélections, Erriyon Knighton donne rendez-vous à Noah Lyles aux mondiaux

Le grand soir de Jackson chez les femmes ?

Mardi, les demi-finales du 200 m femmes ont été d'une densité exceptionnelle avec cinq athlètes passées sous la barre des 22 secondes, profitant à plein de la météo, de la qualité de la piste et évidemment des pointes nouvelle génération. Le trio jamaïquain présent sur le podium du 100 m peut-il répéter sa performance sur la distance supérieure ? Pas du tout impossible, mais avec une favorite très marquée pour la plus haute marche : Shericka Jackson (28 ans).
Vice-championne du monde du 100 m il y a quelques jours, cette spécialiste du 400 m (deux médailles de bronze aux Mondiaux et une aux JO) opère depuis un an une spectaculaire reconversion sur le sprint court. Fin juin aux Championnats de Jamaïque, elle a ainsi couru en 21''55, le 3e chrono de l'histoire, et mardi, son succès en demi-finale en 21''67 a confirmé son étincelante forme du moment. Le vieux record du monde de Florence Griffith-Joyner (21''34 aux JO de Séoul en 1988) est-il en grand danger ? Oui à en croire de nombreux observateurs dont Ato Boldon, du moins si la météo reste aussi favorable et si Jackson est aiguillée par la concurrence jusque dans les derniers mètres. S. K.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles