Montpellier l'emporte sur Bordeaux-Bègles et affrontera Castres en finale du Top 14

L'ailier international Vincent Rattez passe entre les Bordelais Vadim Cobilas et Guido Petti pour inscrire l'essai héraultais, samedi à Nice. (N. Luttiau/L'Équipe)

Victorieux de l'UBB (19-10) samedi soir à Nice en demi-finales du championnat, les Héraultais rejoindront le Stade de France, vendredi soir prochain (20h45), pour affronter Castres en finale.

Le match : 19-10

Au terme d'une demi-finale tendue et incertaine à défaut d'avoir donné lieu à un match abouti, c'est donc Montpellier qui rejoindra le Stade de France affronter le Castres Olympique en finale, vendredi soir (20h45). Le succès héraultais s'est décanté dans les dix dernières minutes grâce à la botte aussi puissante que précise de son demi de mêlée remplaçant, l'international géorgien Gela Aprasidze, auteur de deux buts de pénalité très longue portée (70e, 78e).

Après l'essai initial de Vincent Rattez (6e) à la conclusion d'une magnifique action née d'un plaquage désintégrant de Jan Serfontein exploité par des passes dans le bon timing qui balaya le terrain, la transformation de Benoît Paillaugue du bord de touche et le drop-goal décoché avec à-propos (13e) par Paolo Garbizi, Montpellier menait très vite 10-3. Mais une gourmandise de son talonneur Guilhem Guirado déboucha sur un contre lancé au pied par Matthieu Jalibert (16e) pour remettre les deux équipes à égalité (10-10).

lire aussi

Le film de Montpellier - Bordeaux-Bègles

En fin de première période, au terme d'une longue domination (29e-39e), le MHR vira néanmoins en tête grâce à un autre drop-goal (40e, 13-10), signé de l'arrière Anthony Bouthier. Ensuite, ce match de poids-lourds maladroits accoucha d'initiatives mal conclues et de fautes de mains qui cassèrent un rythme qui n'était déjà pas très élevé... Heurtée entre deux équipes émoussées, cette demi-finale ne valait que par son suspense et à ce titre, l'ouvreur remplaçant de l'UBB, François Trinh-Duc, foira un drop-goal (59e), comme Jalibert avant lui (25e).

Au moment d'attaquer les dix dernières minutes, le demi de mêlée remplaçant Gela Aprasidze (70e) ajusta un but de pénalité de plus de cinquante mètres en coin pour donner six points d'avance au MHR, 16-10. Puis neuf à deux minutes de la fin (78e, 19-10). En conclusion, plus puissants à l'impact, les Héraultais ont bloqué les avancées girondines, mais ils ont eu de la chance : en effet, un rebond fut défavorable à Jalibert (77e) qui avait feinté la défense sur un coup de pied à suivre de Trinh-Duc et fonçait seul à l'essai entre les poteaux ! Reste que sur l'ensemble de cette partie, le MHR s'est situé un ton au-dessus de son adversaire, samedi soir, dans la moiteur niçoise.

13

Le nombre de minutes que passa sur le banc de touche le demi d'ouverture international bordelais Matthieu Jalibert, remplacé à la 56e par François Trinh-Duc pour revenir à la 69e au poste d'arrière, Buros glissant à l'aile à la place de Cordero, sorti.

Le fait : du pied et des fautes

Le moins qu'on puisse écrire, c'est bien que cette demi-finale fût brouillonne et bien peu spectaculaire. Les occasions manquées par maladresse et les coups de pied tactiques mal ajustés polluèrent ce match. Mis à part l'essai de l'ailier international héraultais Rattez (6e), chaque fois qu'une des deux équipes s'approcha de l'en-but adverse, elle perdit le ballon, soit de son propre fait, soit à cause d'un grattage adverse. Quant aux « chandelles », imprécises, les deux équipes cessèrent fort heureusement, mais un peu tard, d'en abuser à l'heure de jeu.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles