Morbidelli ajoute un duel haletant à son palmarès MotoGP

Léna Buffa
·4 min de lecture

Sa première victoire MotoGP, obtenue à domicile à Misano, avait déjà transmis à des émotions incomparables. La seconde, décrochée en Aragón, avait été, à ses dires, la plus belle course de sa carrière. La troisième, qui date de ce dimanche à Valence, a encore battu toutes les précédentes dans son palmarès personnel !

"On a eu un rythme super élevé et une super bagarre à la fin, donc oui ça a clairement été ma meilleure course en MotoGP jusqu'à présent", retient le pilote italien, sorti vainqueur d'un duel contre . L'Australien a été son seul rival au départ de la course, en lui chipant la première place quelques instants, puis dans le dernier tour, lorsqu'il a recollé à sa roue et a tenté de l'attaquer par tous les moyens.

Lire aussi :

Course - Morbidelli résiste à Miller, Mir entre dans l'Histoire !

Passé en tête à la fin de la ligne droite, à l'entrée dans le dernier tour, Miller a vu la Yamaha le repasser en lui faisant l'intérieur au virage 2. Après une nouvelle attaque de la Ducati au virage 4, Morbidelli a trouvé un trou de souris pour reprendre les commandes dans le virage suivant, et il a ensuite fermé toutes les portes et résisté à la pression continue exercée par son adversaire.

"On a imprimé un rythme de dingue", constate Morbidelli, qui a rallié l'arrivée 15 secondes plus vite que le vainqueur de la semaine dernière, proche du record absolu sur place. "Pendant toute la course j'ai essayé de m'échapper, je ne gardais rien en réserve. Je n'ai fait qu'attaquer à 100% pendant toute la course parce que mon objectif était de me détacher et je n'y arrivais pas. L'avantage maximum que j'ai vu a été de 0"9, mais pendant deux tours seulement, et ensuite c'est descendu et ça a continué à descendre jusqu'au dernier tour."

"C’est une victoire incroyable ! J’ai tout donné pendant la course, et à la fin, j’ai dû puiser très loin pour trouver encore quelque chose de plus dans le dernier tour, parce que Jack était là, et qu’il a réussi se rapprocher et se battre à la fin. J’ai dû trouver quelque chose en plus, et heureusement, ça l'a fait. C’était une bagarre magnifique avec Jack. C’est toujours bien de se battre avec lui, qu’on gagne ou pas, alors j’ai apprécié et bravo à lui, parce qu’il a été aussi bon que moi", salue-t-il auprès du site officiel du MotoGP.

Ce dernier tour de folie, le pilote Petronas peine à le commenter… "Franchement, je ne me souviens pas très bien du dernier tour, mais je savais que j'arrivais à bien lui faire l'intérieur parce qu'il avait le pneu medium à l'avant et moi le hard", observe-t-il toutefois. "J’ai juste essayé de voir ce qu’il allait faire, et de placer ma moto sous la sienne. C’est ça, c’est la seule chose à laquelle je pensais dans le dernier tour. Heureusement, j’avais assez de gomme pour me battre, parce que c'était important également."

Lire aussi :

Morbidelli conservera l'ancienne Yamaha en 2021

Affaibli le week-end dernier par une pression de gomme grimpée en flèche dans le peloton, Franco Morbidelli avait réussi à rapidement rectifier ce qui devait l'être sur ses réglages à l'entame de ce second week-end à Valence, et avait ensuite mis toutes les chances de son côté en se plaçant en pole position. Pilote ayant mené le plus de tours cette saison, il a une nouvelle fois été chercher la victoire en menant de bout en bout, mais a ajouté une pointe d'adrénaline grâce à ces attaques de l'Australien et à sa capacité à y répondre.

"Je savais que je pouvais être dur dans les bagarres, par contre je ne l'avais fait qu'en Moto2 ou alors en MotoGP mais pas pour des positions de tête. Alors c'était bien de me battre et de me mettre à l'épreuve dans le dernier tour d'une course MotoGP en me battant contre un super pilote pour la victoire, et ça a été bien de voir que j'arrivais à en sortir vainqueur", se félicite-t-il.

Propulsé à la deuxième place du championnat, Franco Morbidelli a désormais l'opportunité de terminer cette saison en dauphin de Joan Mir s'il parvient à défendre sa courte avance sur ses adversaires lors du dernier Grand Prix, qui aura lieu le week-end prochain au Portugal.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud