Morbidelli ralenti par un problème de pression sur le pneu avant

Vincent Lalanne-Sicaud
·2 min de lecture

Deux semaines après avoir dominé le Grand Prix de Teruel, est apparu en grande difficulté à Valence. Septième dans les premiers tours, le pilote italien a perdu des positions tout au long de la course, en raison d'une augmentation de la pression de son pneu avant, et il n'était plus que 11e en passant sous le drapeau à damier, à plus de 17 secondes du vainqueur.

"C'était un Grand Prix difficile pour nous, très difficile", déplore Morbidelli. "Quand nous sommes dans un groupe, nous avons des problèmes, avec une pression qui monte en flèche à l'avant, et l'avant est très, très difficile à contrôler. C'est très dur à gérer. Il faut passer en 'mode sécurité' et voir l'arrivée de la meilleure façon possible. Dans ce contexte, je suis content d'avoir vu l'arrivée, avec quelques points."

Ce souci de pression n'est pas le premier dans le team Petronas. Au Grand Prix d'Aragón, l'équipier de l'Italien, , a dégringolé dans le classement en raison d'un problème similaire sur son pneu avant, ce qu'il a depuis expliqué par une volonté de Yamaha de choisir une pression trop élevée, contre la volonté de l'équipe. Morbidelli a aussi eu des soucis dans la première course sur le MotorLand Aragón, mais pas dans les mêmes proportions. "J'ai souffert [...] en Aragón, quand Fabio avait des problèmes, j'étais aussi en difficulté, peut-être pas autant que lui, mais j'avais aussi du mal", précise-t-il.

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRTGold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Après cette contre-performance, Franco Morbidelli pointe à 46 points de au championnat, alors qu'il n'en reste que 50 à prendre. S'avoue-t-il vaincu ? "Non ! [rires] Jamais !" s'amuse le pilote du team SRT. "Ce sera le cas uniquement quand le championnat sera fini, et encore. Attendez, ce sera fini quand la mathématique aura dit que c'est fini. Quand il y aura moins de points en jeu par rapport à mon retard, alors là ce sera fini."

Malgré sa bonne humeur inébranlable, Morbidelli reconnait cependant que ses chances de titre se sont "presque envolées" avec ce mauvais résultat. "L'écart avec Joan a grandi et il semble qu'il mérite vraiment plus ce championnat que tous les autres. Mais l'écart avec la deuxième place s'est réduit, donc nous sommes encore en lice pour ça. Le week-end prochain, nous devrons d'abord mieux comprendre le fonctionnement des pneus et essayer de les gérer de la meilleure façon possible. Nous allons essayer de bien travailler, comme toujours."

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com