Ai Mori, un retour qui fait du bruit

Ai Mori a remporté les deux épreuves de Coupe du monde de difficulté auxquelles elle a participé cette année. (S. Mantey/L'Équipe)

De retour début septembre après trois ans sans compétition internationale, la Japonaise Ai Mori, 19 ans, a gagné les deux manches de Coupe du monde de difficulté auxquelles elle a participé. Elle vient rivaliser avec la Slovène Janja Garnbret, qui était jusqu'alors invaincue cette saison.

Avec deux victoires en deux manches, Ai Mori a su soigner son retour à la compétition. Alors qu'elle n'avait pas participé à une épreuve de Coupe du monde depuis fin 2019, la prodige japonaise de l'escalade, qui vient de fêter ses 19 ans, a gagné les deux étapes de difficulté auxquelles elle a participé. La première, début septembre, à Koper, en Slovénie. La deuxième, la semaine suivante, à Edimbourg (Écosse), où elle a subjugué en ne faisant aucune erreur, ni en série, ni en demie, ni en finale. Deux fois, Ai Mori a surpassé tout le monde, et notamment Janja Garnbret, véritable reine de la discipline, reléguée à la deuxième place à chaque fois.

Et si ce retour fait tant de bruit, c'est parce que depuis quelques années, Janja Garnbret domine son sport sans partage. Championne olympique à Tokyo, elle est devenue championne d'Europe pour la troisième fois à Munich en août sur le format combiné (bloc et difficulté, le format des JO de Paris 2024). La Slovène compte aussi six titres de championne du monde, 9 victoires au général de la Coupe du monde et 36 victoires en Coupe du monde, un record. Et le tout à seulement 23 ans. Avec quatre victoires sur les quatre premières étapes de la saison, elle pouvait même viser un carton plein inédit sur une saison de Coupe du monde.

Mais c'était sans compter, donc, sur cet incroyable come-back d'Ai Mori. Hasard du calendrier, c'est d'ailleurs sur les terres slovènes que la Japonaise obtient la première victoire en Coupe du monde de sa carrière pour sa première épreuve de l'année. À deux manches de la fin (une en difficulté, l'autre en combiné) de la saison d'escalade, Janja Garnbret reste largement en tête du classement général de la Coupe du monde de difficulté et va décrocher une nouvelle couronne de la discipline. Mais en seulement deux manches, Ai Mori pointe déjà à la 8e place du général de la spécialité.

Deux ans de pause pour ses études

La Japonaise n'a connu qu'une saison complète, en 2019, avant de s'écarter du circuit mondial pour se concentrer sur ses études. Pratiquant la discipline depuis ses 8 ans, Ai Mori a rapidement fait parler d'elle dans le monde de la grimpe. En 2017, à 14 ans, elle s'aligne pour la première fois sur une épreuve de la Coupe du monde junior. Deux ans plus tard, elle accède à l'élite, et obtient ses premières performances de marque.

Durant la saison 2019, elle termine trois fois sur le podium en remportant deux médailles de bronze en difficulté et une autre en bloc. Elle termine même 6e du général de la spécialité à l'issue de la saison. Pour clôturer l'année, elle prend part à Toulouse à une épreuve de qualification olympique pour les JO de Tokyo, qu'elle termine à la 5e place. Un résultat suffisant pour être éligible à participer aux Jeux. Mais les places disponibles pour les athlètes japonaises étant déjà attribuées, elle ne verra jamais cette olympiade à domicile.

lire aussi

Un calendrier 2023 construit autour des qualifications olympiques

Depuis, Ai Mori n'avait fait que de rares apparitions dans des compétitions nationales. Comme lors de la Japan Bouldering Cup, début 2021, en bloc, où la Japonaise avait terminé... première. Sur les murs, elle apparaît aérienne et ses 154 centimètres semblent se déplacer avec une facilité déconcertante. Parviendra-t-elle à garder ce niveau de performance exceptionnel sur cette fin de saison ? Élément de réponse lundi, avec la dernière manche de difficulté de la saison, à Jakarta, en Indonésie.