Mort d’Elizabeth II : Les complotistes accusent les Irlandais, le vaccin et Hillary Clinton

KAMOULOX - Le décès de la souveraine était l’occasion rêvée pour recycler certaines thèses et répandre la désinformation

Du haut de ses 96 ans, il paraissait bien sûr improbable que la reine Elizabeth II ne meure de vieillesse. Alors, avant même l’annonce officielle de son décès, certains sont allés chercher des hypothèses farfelues. Un exemple frappant de la façon dont se répand la désinformation lors d’une actualité majeure, en recyclant les mêmes tactiques pour semer la confusion en ligne. Selon les chapelles, la mort d’Elizabeth II serait donc liée au vaccin contre le Covid-19 ou à Hillary Clinton. « Accepter les explications ordinaires pour un événement aussi important peut être moins convaincant ou moins attrayant », note Karen Douglas, professeure de psychologie sociale à l’université du Kent au Royaume-Uni.

La désinformation a commencé à circuler dès les premières inquiétudes sur l’état de santé de la reine, des comptes Twitter usurpant l’identité de médias réputés comme la BBC et annonçant prématurément sa mort. Puis, le 8 septembre, Buckingham Palace a officiellement communiqué le décès d’Elizabeth II. « Partout dans le monde les gens ont été informés du décès de la reine et affectés par celui-ci, ce qui a donné aux propagateurs de fausses informations un réservoir inépuisable d’histoires trompeuses dans lequel puiser », explique Dan Evon de l’association News Literacy Project.

Vieilles recettes et trucages ciblés

(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Lune : Thomas Pesquet contraint de répondre aux théories du complot sur Twitter
Le prince Andrew a obtenu un privilège refusé au prince Harry pour les funérailles de la reine Elizabeth II
Affaire Epstein : Le suicide de Jean-Luc Brunel, fin du volet français de l'enquête ?