Mort de Raymond Poulidor : trois idées reçues sur l'"éternel deuxième" qui ne l'était pas si souvent que ça

franceinfo

Même dans les hommages, il n'y échappera pas. Le champion cycliste Raymond Poulidor, 83 ans, est mort, a annoncé le directeur du Tour de France Christian Prudhomme mercredi 13 novembre. Et à l'heure de saluer sa mémoire, certains n'ont pas manqué d'ironiser sur son image de perdant magnifique, éternellement cantonné à la deuxième place, rappelant ce trait d'esprit attribué à son rival et ami Jacques Anquetil sur son lit de mort : "Il te faudra encore te contenter de la deuxième place. Je vais partir le premier."


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Cette image est une des raisons de l'attachement que lui portaient les Français, lui qui devançait Anquetil dans les faveurs du public. Mais elle occulte un peu le grand talent de Raymond Poulidor. A-t-il vraiment tout perdu dans sa carrière ? Etait-il même si souvent deuxième ? Et Anquetil était-il vraiment son seul rival ? Franceinfo revient sur ces trois idées pas si justes.

Il a souvent été premier...

C'est vrai, Raymond Poulidor n'aura jamais gagné le Tour de France, en 14 participations, se contentant de sept victoires d'étapes et de trois victoires au classement par équipes. Mais il laisse derrière lui un sacré (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

À lire aussi