La mort de Tapie - Gérard Gili (ex-entraîneur de l'OM) à propos de Bernard Tapie : « Marseille perd un homme providentiel »

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Entraîneur de l'OM à plusieurs reprises et des deux premiers sacres de l'ère Tapie (1989 et 1990), Gérard Gili évoque avec émotion la manière dont l'ancien dirigeant a su mettre à profit ses qualités pour faire grandir le club olympien. Gérard Gili (ex-gardien puis entraîneur de l'OM, à propos de la disparition de Bernard Tapie) : « Je ressens un grand sentiment de tristesse, une grande émotion. Je pense avant tout à sa famille, qui l'adorait. Marseille perd un homme providentiel, quelqu'un qui avait fait du club un des meilleurs d'Europe, et qui avait amené son ambition, son enthousiasme et sa faconde. Il ne doutait jamais, avançait en permanence, cherchait tout le temps la victoire. lire aussi Les images marquantes d'un dirigeant qui a marqué le sport français Il avait une énergie phénoménale qu'il arrivait à communiquer à tous les gens qui travaillaient avec et autour de lui. Quand j'étais son entraîneur, j'ai passé une période extraordinaire, car il y avait beaucoup de discussions, de complicité. Ça permettait de travailler dans un contexte psychologique très favorable. Il amenait là aussi l'ambition, le fait de ne jamais douter et d'avoir beaucoup de conviction dans ce qu'on faisait. Gérard Gili, à propos de Bernard Tapie « Il parvenait dans les moments de doute à vous redonner confiance » Il m'a donné cette équipe, qui était une armada de bons joueurs, alors que j'étais inexpérimenté car c'était mon premier poste, et la façon dont il l'a fait, on aurait dit qu'il présentait un entraîneur avec un grand vécu. Il était persuadé que c'était la bonne décision (l'OM fera le doublé Championnat - Coupe de France en 1988-1989 pour la première saison de Gili sur le banc). Quand il m'a renouvelé l'année d'après, ça s'est passé en trois secondes. Il m'a dit : ''Allez, on repart pour un an, mais il faut gagner la Coupe d'Europe.'' Malheureusement, la main de Vata est passée par là (2-1, 0-1 contre Benfica en demi-finale de la C1 en 1990). Il avait une grande capacité d'écoute. Il vous écoutait, écoutait vos problèmes et ensuite, par rapport à ce que vous lui aviez dit, il avait toujours une solution innovante pour en sortir. Il était très persuasif, et il parvenait dans les moments de doute à vous redonner confiance. C'est ce que beaucoup de gens recherchent et n'ont pas. Vous comprenez pourquoi, à un moment donné, c'était le Monsieur ambition de la France. » lire aussi Toutes les réactions à la mort de Bernard Tapie Pascal Olmeta (ancien joueur de l'OM) : « J'ai tout gagné grâce à Bernard Tapie »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles