A Mossoul, même sans stade, le foot veut faire son retour en championnat

AFP
·1 min de lecture

Depuis que l'Etat Islamique (EI) a autoproclamé son "califat" en 2014, Mossoul et sa province, la deuxième plus grande d'Irak, ont disparu des championnats nationaux. "Mossoul n'a plus aucun stade", se lamente Mohammed Fathi, entraîneur depuis 15 ans, et "le gouvernement à Bagdad n'a pas compris que c'est le foot qui ramènera la vie à Mossoul et à ses habitants", sortis à l'été 2017 de trois années d'occupation de l'EI.

Avant, Mossoul comptait trois stades : celui du Mossoul SC (20 000 places) où ont lieu les entraînements de Mohammed Fathi, celui de l'Université (8 000 places) et un dernier de 1 000 places. La grande ville du Nord a offert à l'équipe nationale des talents dont tous parlent encore : Hawar Mulla Mohammed, qui décrocha la Coupe d'Asie en 2007, ou avant lui Haris Mohammed, membre de l'unique équipe qualifiée pour le Mondial-1986 au Mexique. Aujourd'hui, le Mossoul SC, club historique, en est réduit à s'entraîner sur terre battue devant des gradins criblés de balles et troués d'obus.

Après 3 ans d'absence, Mossoul veut croire à son retour

Malgré les dégâts, Mossoul entend bien faire son retour dans le championnat irakien après dix années d'absence en...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi