Le moteur Ferrari 2021 est "très prometteur"

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

La saison 2020 de ne s'est évidemment pas passée comme prévu. L'année dernière, l'écurie italienne a signé trois succès et neuf pole positions, armée pour cela d'une unité de puissance particulièrement performante, qui ne lui a malgré tout pas permis de rester très longtemps dans la lutte pour les titres.

Ce moteur, justement, a suscité des soupçons de la part des adversaires ainsi que des directives plus précises de la part des instances. Et, à l'intersaison, la FIA a enquêté plus profondément. Cette enquête a débouché sur un accord au contenu secret avec Ferrari, au terme duquel l'instance a pu compter sur la collaboration de la Scuderia pour mieux encadrer le fonctionnement des moteurs et les possibles zones grises de la réglementation. Suite à cela, et sans jamais que Ferrari ne reconnaisse clairement le lien entre les deux, les performances de son moteur ont drastiquement diminué.

Lire aussi :

Ferrari catégoriquement opposé à un gel moteur prématuré Renault s'oppose aussi au gel moteur dès 2022

Le résultat ne s'est pas fait attendre : dès les premiers tours de roue de la saison 2020, début juillet, il a vite été clair que Maranello ne disposait pas d'une monoplace compétitive, en grande partie parce que l'unité de puissance avait perdu de sa superbe face à la concurrence emmenée par Mercedes, dont le moteur a au contraire semblé particulièrement puissant. À quel point l'accord a-t-il entravé la marche de l'écurie transalpine ? La question n'aura peut-être jamais de réponse.

Mais il est clair que Ferrari est à pied d’œuvre pour tenter de regagner du terrain sur ce plan, et ce dès 2021, où un nouveau moteur fera son apparition, suscitant l'optimisme de Mattia Binotto : "Actuellement, nous n’avons pas le meilleur moteur et je pense que l’année prochaine, nous pourrions avoir une unité de puissance totalement nouvelle, conformément à la réglementation", a déclaré le team principal de la Scuderia. "Chez Ferrari, nous avons beaucoup investi pour développer l’unité de puissance pour 2021 et également pour 2022, le moteur est actuellement sur le banc d’essai et les retours sur la performance et la fiabilité sont très prometteurs."

La référence aux investissements réalisés pour 2022 n'est pas totalement fortuite, alors qu'un des grands sujets de discussion du moment en Formule 1 est la question d'un éventuel gel moteur, demandé par Red Bull suite au départ annoncé de Honda. La structure autrichienne souhaite reprendre les installations de la firme japonaise afin de fabriquer et utiliser elle-même les moteurs conçus et développés par Honda, mais souhaite un gel des moteurs à partir de 2022 car elle n'aura pas les ressources pour développer et/ou concevoir un moteur. Ferrari et Renault sont opposés à ce que les spécifications soient figées.

Concernant le moteur 2021, Binotto de poursuivre : "Il y a des limitations sur le banc d’essai mais c’est à nous d’être efficaces avec tous les tests sur le banc et d’être en quelque sorte créatifs dans la manière d’aborder les tests. Mais je crois que même si nous avons des restrictions concernant les opérations sur banc d’essai, il y a toujours de la place pour des améliorations. Je le pense par rapport à ce que je peux voir aujourd’hui sur le banc d’essai, nous sommes heureux des résultats."