Moto GP : le sacre de Fabio Quartararo marque le début d'une nouvelle ère pour ce sport en France

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Fabio Quartararo est champion du monde de Moto GP. Il est devenu hier le premier Français à être sacré dans la catégorie reine de la moto. Pour Virginie Phulpin, ce titre et la personnalité du champion peuvent marquer le début d’une nouvelle ère pour la moto en France. 

Pour qu’un sport devienne incontournable dans un pays, il a besoin de têtes d’affiche. Et Fabio Quartararo a la plus belle des têtes de vainqueurs. Un sourire immense qui traverse son visage, des larmes de bonheur qui ont coulé tant et plus hier après son sacre, quand a retenti cette Marseillaise qu’on attendait depuis les débuts de la moto en 1949, et le drapeau tricolore qui n’a pas quitté les mains du champion. Fabio Quartararo, c’est un talent précoce évidemment, du haut de ses 22 ans, un travailleur acharné depuis le plus jeune âge, et c’est aussi une émotion à fleur de peau et un amour absolu de son pays et de sa discipline. Oui, il a tout pour que la France le suive et succombe aux charmes de la moto.

Pendant des années, les Espagnols et les Italiens ont tout gagné sur le circuit. De vrais pays de moto, ce que la France n’est pas encore. Mais j’ai trouvé ça assez symbolique que Fabio Quartararo soit sacré champion du monde sur les terres italiennes, le jour de la dernière course de Valentino Rossi, la star ultime du guidon. Comme un passage de témoin. Le successeur de Valentino Rossi a des origines italiennes, il s’est formé en Espagne, mais c’est bien la France qu’il représente. 

Et la France peut vrai...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles