Moto - MotoGP - Espagne - Fabio Quartararo arrive lancé au GP d'Espagne

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Vainqueur des deux derniers GP et leader du Championnat du monde, Fabio Quartararo débarque à Jerez, circuit où il est le double tenant du titre. Fabio Quartararo ne pouvait pas espérer meilleur lancement avant de débarquer sur son circuit de Jerez, celui où il a décroché l'année dernière ses deux premiers succès en catégorie reine. Déjà impressionnant au Qatar (succès lors de la 2e course), il a enchaîné, il y a deux semaines, sur une nouvelle victoire à Portimão, là où, cinq mois plus tôt, il avait fortement bu la tasse (14e). De quoi valider les progrès de sa M1. lire aussi Quartararo a marqué les esprits et fait le spectacle à Portimão « Je suis très excité à l'idée de courir ici à Jerez, a-t-il lancé ce jeudi lors de la conférence de presse. J'adore cette piste. Je me sens bien sur la moto, au sein de l'équipe (Yamaha). Je ne veux pas penser aux courses de l'année dernière. Je veux juste continuer à travailler dans la même lignée qu'au Qatar et à Portimão. » Même approche qu'à Portimão Très solide lors de son dernier week-end portugais avec un rythme de course travaillé dès le vendredi, le pilote Yamaha compte bien repartir avec la même recette ce vendredi (début des essais libres à 9h55). « Mon approche pour cette course est la même qu'à Portimão ou qu'à Doha, je veux qu'on fasse notre plan et qu'après le warm-up, on voie ce qu'on peut viser pour le week-end. »
Dans un week-end où les progrès physiques de Marc Marquez seront scrutés sur un circuit qu'il connaît à merveille, l'autre Tricolore Johann Zarco sera également attendu. Victime d'une chute en fin de course à Portimão alors qu'il jouait le podium, l'ex-leader du Championnat compte reprendre sa marche en avant, même si sa Ducati n'évoluera pas sur son terrain de jeu préféré. lire aussi Des doutes subsistent pour Marc Marquez Zarco « pressé de rouler » « Portimão ne m'a pas marqué mentalement, explique le pilote Pramac. Ça fait partie de la course et il faut l'accepter sinon on ne peut pas aller au-delà. Ici, en ligne droite on fait 290-295 km/h, on ne touche pas les 300 donc les différences qu'on peut faire avec la Ducati à ce niveau-là d'habitude, là on ne peut pas. Donc on ne récupère pas les dixièmes qu'on peut perdre ailleurs dans les virages. Mais Bagnaia (Francesco, pilote Ducati) a prouvé l'année dernière (il jouait le podium avant de connaître une casse) qu'on pouvait être rapide ici. » lire aussi Classement général du Championnat du monde Requinqué après être resté dans le sud de l'Europe (entre Sagres et Jerez) après le GP du Portugal, le Français a envie d'en découdre. « J'ai juste préféré joindre l'utile à l'agréable en devant juste rejoindre le circuit suivant. Je suis arrivé en Espagne dimanche. Je sens que j'ai une énergie qui monte. Je suis pressé de rouler. Je suis dans un rythme comme celui du Qatar où j'étais également resté sur place. C'est un rythme qui me plaît bien. »