Moto - MotoGP - Etats-Unis - Marc Marquez intouchable au GP des Amériques, Quartararo creuse l'écart sur Bagnaia

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Deuxième du GP des Amériques derrière un Marc Marquez intouchable à Austin, Fabio Quartararo réalise une très bonne opération au Texas. Troisième, l'Italien Francesco Bagnaia, son dernier rival pour le titre, cède 4 points supplémentaires et en compte désormais 52 de retard sur le Français, à trois courses de la fin de la saison. Johann Zarco, lui, a chuté. C'est une course qui rappelle 2019, une époque où Marc Marquez roulait sur le MotoGP, sans laisser aucune miette à ses collègues. Pour la septième fois en huit courses sur le sol texan, le Catalan a fait régner sa loi ce dimanche, partant dès les premiers mètres pour boucler la ligne uniquement sur la roue arrière. Mais la seule différence avec 2019, et elle est de taille, Marquez ne sera pas couronné en fin de saison. lire aussi Le film de la course En effet, derrière lui, il a emmené Fabio Quartararo, qui se rapproche de plus en plus du bien précieux de l'Espagnol, qu'il avait déjà laissé à la concurrence l'année dernière. Auteur d'un départ autoritaire pour repousser d'entrée Francesco Bagnaia, Quartararo a ensuite géré - ne prenant aucun risque sur une piste piégeuse à souhait avec ses changements d'adhérence et ses bosses, façon moto-cross - pour empocher son dixième podium de l'année.

Trop solide pour un Bagnaia pourtant aidé par la charité de Jack Miller - qui l'a laissé passé dans le 13e tour - et une faute d'inattention de Martin, quand ce dernier était encore troisième, le Français file tout droit vers le titre de champion du monde. À trois courses du terme, le Niçois compte 52 points d'avance sur Bagnaia, le seul mathématiquement à pouvoir encore changer le cours de l'histoire. Mais dès Misano (le 24 octobre), le Français aura une première balle de titre (s'il ne concède pas plus d'un point à Bagnaia). Sur des circuits qu'il apprécie, Quartararo ne devrait pas trembler. lire aussi Le calendrier Derrière lui et Bagnaia, la bataille pour le podium mondial reste ouverte. Victime d'une chute dès le 5e tour ce dimanche, Johann Zarco a sûrement dit adieu à tout ça. En revanche, Jack Miller et Joan Mir, le champion du monde en titre, n'auront plus que ça à jouer dans les prochaines semaines. Les deux hommes se sont encore chauffés, Miller attrapant le casque de l'Espagnol pour lui dire ses quatre vérités, une fois la ligne d'arrivée franchie. De quoi donner encore un peu de suspense dans un championnat dont l'issue semble de plus en plus claire avec un Fabio Quartararo au-dessus du lot, quand le circuit ne tourne pas à gauche. lire aussi Kevin Schwantz : « C'est Quartararo le meilleur »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles