Moto - MotoGP - Fabio Quartararo a un « très bon feeling » au guidon de sa nouvelle M1

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Fabio Quartararo, vainqueur dimanche à Losail, apprécie le comportement de sa M1, largement remaniée à sa demande à l'intersaison.

C'est assez rare pour être signalé. En 2020, la pauvre Yamaha, après des débuts tonitruants à Jerez (un doublé puis un triplé dont deux succès pour le Français), avait, à longueur de GP, reçu les griefs de ses pilotes. Quelques mois plus tard, l'intersaison semble avoir changé un peu la donne. En tout cas, les deux premières courses de la saison à Losail ont été remportées par les pilotes Yamaha (Viñales puis Quartararo), qui n'ont eu de cesse de louer leur bécane.

lire aussi
MotoGP : la démonstration de Fabio Quartararo à Doha

« Pour l'instant, je peux dire que les dépassements sont nettement mieux que l'an dernier parce que je sens la limite, je sais où elle est », expliquait le Français dimanche soir. Le Niçois en avait fait la démonstration quelques minutes plus tôt, remontant huit places pour s'offrir un quatrième succès dans la catégorie reine.

Le révélateur Portimao
Un constat bienvenu pour le Niçois qui avait demandé à l'intersaison de travailler le châssis de la M1 pour le rapprocher du modèle 2019, plus à son goût et surtout beaucoup plus passe-partout. « La moto 2019 marche pour tous les pilotes et sur tous les circuits, expliquait-il lors des tests. Je veux retrouver cette régularité de la moto qu'il y avait en 2019. » Sa course a prouvé qu'il avait retrouvé de sa gestuelle si coulée.

lire aussi
Le classement des pilotes

Cependant, et comme il le rappelle, Losail est l'un de ses circuits préférés et la Yamaha y a toujours fonctionné. Un miroir aux alouettes dont le numéro 20 est bien conscient. « Pour la moto, c'est encore trop tôt pour le dire. Mais c'est sûr que j'ai un très bon feeling avec. Je sens qu'on a un potentiel. » Il devrait rapidement avoir des réponses puisque le paddock fera étape à Portimao (Portugal, le 18 avril), la semaine prochaine. Un circuit très compliqué, avec notamment beaucoup de dénivelés, qui avait causé de nombreux problèmes à la Yamaha et ses pilotes l'année dernière (Viñales 11e, Rossi 12e, Quartararo 14e). Franco Morbidelli (3e) était le seul à s'en être sorti au guidon d'une Yamaha de 2019

lire aussi
Le calendrier de la saison MotoGP