MotoGP - Les cinq facteurs d'une saison de MotoGP très prometteuse

L'Equipe.fr
La saison de Moto GP qui débute ce dimanche au Qatar pourrait être l'une des plus belles jamais vécues grâce avec un plateau relevé, quatre vainqueurs potentiels, et des usines qui mettent tous les moyens pour gagner.

La saison de Moto GP qui débute ce dimanche au Qatar pourrait être l'une des plus belles jamais vécues grâce avec un plateau relevé, quatre vainqueurs potentiels, et des usines qui mettent tous les moyens pour gagner.Un quatuor de rêveDepuis quand le plateau de la catégorie reine n’a-t-il pas offert une telle incertitude, avec quatre pilotes capables de gagner à chaque course ? On a beau éplucher les palmarès depuis 1949, année d’ouverture du Mondial, on ne trouve pas trace d’un tel quatuor. Rossi (7), Marquez (3) et Lorenzo (3) pèsent 13 titres de champions du monde de la catégorie reine, ce qui est inédit. Pourtant le héros de l’hiver n’appartient pas à ce trio : Maverick Viñales s’est avéré le plus rapide des quatre séries de tests officiels d’intersaison.Un phénomène en cachait un autreOn croyait avoir tout vu avec Marc Marquez. Le Catalan est devenu en 2013, à 20 ans et 266 jours, le plus jeune champion du monde en MotoGP. Puis la Honda n°93 a remporté les dix premiers Grands Prix de la saison 2014, ce qui ne s’était pas vu depuis le légendaire Giacomo Agostini en 1970. Et voilà qu’on parle d’un pilote capable de relever le défi… Maverick Viñales a bluffé tout le monde en passant avec autant d’efficacité de la Suzuki à la Yamaha. A 22 ans, on le croit capable d’être aussi boulimique que Marquez.Le "Vieux" ne désarme pasA 38 ans, Valentino Rossi continue d’être un sérieux prétendant au titre. N’a-t-il pas montré l’an passé qu’il pouvait encore s’améliorer dans sa 21e saison de Grands Prix ? S’il n’avait été malchanceux (casse au Mugello) ou imprudent (trois chutes en course), il aurait fort bien pu se parer de sa dixième couronne mondiale. Il a été mal à l’aise durant les essais hivernaux mais beaucoup s’attendent à le revoir aux avant-postes dès que la saison aura recommencé.Un vrai coin de ciel bleuJohann Zarco arrive auréolé de ses deux titres de Moto2. Le dernier pilote à s’être imposé deux fois en catégorie intermédiaire s’appelle Jorge Lorenzo (en 250cc en 2006/7). Il serait surprenant que le Français s’approprie un jour trois titres de MotoGP comme le Majorquin.Zarco impressionne déjàMais on attend de lui qu’il devienne un acteur majeur de la profession et qu’il réussisse ce qu’aucun pilote français n’a jamais fait : gagner un Grand Prix de catégorie reine sur le sec et en présence des meilleurs mondiaux. Au sein de l’équipe française Tech3 forte de toute son expérience (créée en 1990), Zarco est dans un environnement optimal pour lancer sa trajectoire en MotoGP. A fond les usinesSix équipes d’usine ? Pas la peine de chercher, il n’y en a jamais eu autant dans une saison. Honda, Yamaha, Ducati, Suzuki, Aprilia et KTM (nouveau venu) dépensent des sommes astronomiques pour développer leurs prototypes. Ils ne le font pas pour parader mais pour essayer de gagner. Les trois marques japonaises et Ducati se sont imposées l’an passé. On attend qu’elles récidivent cette année. Aprilia (c'est-à-dire le puissant groupe italien Piaggio) va sans doute, pour sa troisième saison, se rapprocher du podium. Quant aux Autrichiens de KTM, ils ont montré hors piste qu’ils étaient capables de tout gagner (du Dakar au motocross en passant par l’enduro).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages