Le MotoGP négocie avec Jerez pour lancer la saison

Léna Buffa
motorsport.com

La maire de Jerez de la Frontera a confirmé que Dorna Sports, promoteur du MotoGP et du WorldSBK, négocie avec le circuit andalou afin d'y organiser trois courses consécutives qui marqueraient la reprise des compétitions moto. Cela s'inscrit dans la démarche actuellement menée par la société espagnole, qui tente de planifier la reprise pour le mois de juillet et entend dans un premier temps mettre en place une série de courses européennes en maintenant les protagonistes sur un même circuit plusieurs semaines de suite afin de réduire au maximum les déplacements.

Dans une interview en visioconférence organisée avec plusieurs journalistes, Carmelo Ezpeleta a détaillé ses plans, expliquant une volonté d'organiser au minimum dix ou 11 Grands Prix MotoGP en Europe entre fin juillet et le mois de novembre, avec un calendrier qui pourrait s'appuyer sur cinq circuits différents et qui serait annoncé d'ici deux à trois semaines. Une seconde annonce serait faite en septembre pour préciser si des courses pourront se tenir hors d'Europe et ainsi compléter la saison après cette première partie sur le vieux continent.

Concernant le Superbike, Carmelo Ezpeleta avait précisé : "C'est exactement la même chose, nous avons l'obligation de faire courir les deux [championnats]". Si les dérivées de la série avaient eu l'opportunité de débuter leur saison en février en Australie, leur championnat est lui aussi à l'arrêt et, comme dans le cas du MotoGP, la dernière mise à jour du calendrier n'a que peu de valeur et attend une réactualisation qui sera basée sur l’évolution de la situation sanitaire dans les pays devant être visités. Dès lors, une mutualisation des efforts entre les deux championnats semble être la solution la plus pertinente afin de caler les deux calendriers l'un sur l'autre.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lire aussi :

Le MotoGP organise sa reprise : en Europe et à huis clos

Dans le contexte actuel, outre le protocole sanitaire strict que met en place la Dorna, l'organisation des déplacements d'un pays à l'autre constitue en effet le nœud du problème puisque ceux-ci se heurtent aux restrictions mises en place par chaque gouvernement, c'est pourquoi le scénario qui prend de plus en plus de corps prévoirait d'organiser deux Grands Prix MotoGP à suivre sur un même circuit, en l'espace de deux semaines, afin de réduire les déplacements des pilotes, des membres d'équipes et du personnel d'organisation. Une manche WorldSBK pourrait ensuite se tenir sur le même circuit une semaine plus tard.

"Beaucoup des pays que nous avons vont très probablement organiser une ou deux courses de MotoGP et une de Superbike. Certains autres circuits ne sont pas destinés aux deux championnats, mais notre priorité est d'avoir le Superbike, c'est certain, et d'en arriver à un nombre minimum de six ou sept courses de plus. Le protocole médical doit être plus ou moins le même et nous nous y préparons", a indiqué le promoteur.

Une offre très tentante malgré l'absence de spectateurs

Carmelo Ezpeleta a déjà révélé que l'Espagne, l'Italie, l'Autriche et la République Tchèque font partie des premiers pays avec lesquels la Dorna négocie, et en ce sens la péninsule ibérique a un avantage non négligeable : celui d'avoir quatre pistes homologuées figurant au calendrier MotoGP. Il n'est donc pas surprenant que ces circuits fassent partie des premiers évoqués pour tenter de lancer la compétition dans un peu plus de deux mois, et la maire de Jerez a effectivement confirmé que des négociations sont en cours.

"C'est une bonne offre, que nous ne pouvons pas refuser", a déclaré Mamen Sánchez dans le Diario de Jerez. "C'est très tentant car cela signifierait que de nombreuses personnes seraient présentes dans la ville pendant trois semaines, avec un bénéfice conséquent pour le secteur hôtelier."

La maire assure que les deux parties "négocient" encore les conditions dans lesquelles cette opération pourrait se mettre en place, et bien qu'elle assure que Jerez "[aimerait] un Grand Prix avec des tribunes pleines", elle admet qu'il s'agira selon toute probabilité de courses à huis clos, nouvelle norme qui semble désormais incontournable pour les mois à venir.

Lire aussi :

Yamaha pressent "des effets économiques à long terme"

Outre Jerez, la Dorna négocie également avec le Circuit de Catalunya, à Barcelone, et ce avec la même stratégie, à savoir disputer deux courses MotoGP sur deux week-ends consécutifs, suivies d'une course WorldSBK la semaine suivante. La planification d'un tel agenda reste toutefois incertaine, Carmelo Ezpeleta ayant déclaré qu'à ce jour les Grands Prix prévus à Brno (7-9 août) et sur le Red Bull Ring (14-16 août) conservaient leur date initiale.

À lire aussi