Murray après sa victoire marathon à l'Open d'Australie : « C'est super, mais je veux dormir »

Andy Murray a bataillé cinq sets et 5h45 face à Thanasi Kokkinakis. (Hannah McKay/Reuters)

Andy Murray ne songeait qu'à aller au lit après son marathon de 5h45 face à Thanasi Kokkinakis, terminé à 4h05 du matin. Mais il a trouvé la force de critiquer les balles et la programmation.

« Comment ressortez-vous d'un match comme ça ?
C'est de loin le plus long match que j'ai joué. Mais ça peut arriver dans des conditions froides avec des balles comme ça où on peut avoir des rallyes qui durent... C'est étrange parce que quand on a commencé les balles étaient molles, comme s'il n'y avait pas de pression. C'est difficile de faire des coups gagnants. Vous l'avez constaté, il y a même un match hier avec un échange de 70 coups, ce qui n'est pas normal. Il faut probablement regarder ça de plus près. Quant à moi, je me suis senti mieux sur le court physiquement aujourd'hui qu'au premier tour (face à Berrettini), ce qui est positif, mais finir à 4h du matin, ce n'est pas idéal.

lire aussi : Le tableau messieurs de l'Open d'Australie

Est-ce qu'il faut en finir avec ce genre de programmation ?
Oui, car je ne vois pas à qui ça peut bénéficier. De manière incroyable, les gens sont restés jusqu'au bout, alors que j'imagine que certains doivent aller travailler ce matin. J'apprécie vraiment ça, ç'a créé une telle atmosphère jusqu'à la fin... Mais si mon enfant était ramasseur de balle et qu'il rentre à la maison à 5h du matin, comme parent, ça me poserait question. Ce n'est pas bénéfique pour eux, pour les arbitres, je ne pense pas que ce soit extra pour les fans, ni bon pour les joueurs. On parle de ça tout le temps, depuis des années. Mais quand on commence tard un match programmé en session de nuit, ce genre de choses peut arriver...

Comment avez-vous géré vos émotions dans ce match ?
Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, avec de la frustration, de la tension, de l'excitation. C'est incroyable de gagner ce genre de match, mais maintenant, je veux aller au lit. C'est super, mais je veux dormir.

Vous vous êtes plaints de ne pas pouvoir aller faire pipi pendant la rencontre...
Je comprends les règles sur le "toilet break", je me suis même beaucoup exprimé là-dessus (pour que leur durée soit réduite). Mais j'avais bu toute la journée, et à 3h du matin, c'est frustrant de ne pas pouvoir y aller ! »

lire aussi : Toute l'actu de l'Open d'Australie