Négociations au ralenti entre l'OM et Flamengo pour le transfert de Gerson

Gerson sous les couleurs de l'OM. (A. Réau/L'Équipe)

Pièce maîtresse sous Sampaoli, puis déclassé par Tudor, le milieu brésilien Gerson espérait retrouver du temps de jeu à Flamengo, son club de coeur, mais les négociations qui semblaient bien avancées coincent désormais.

Le divorce semblait consommé. Libéré par l'Olympique de Marseille, Gerson avait anticipé ses vacances et séché le déplacement à Monaco (3-2) pour rentrer à Rio de Janeiro. Mais, passé les déclarations d'intentions concernant un retour vers son club de coeur, le transfert semble au point mort. La grave blessure d'Amine Harit (entorse des ligaments croisés du genou gauche) au Stade Louis-II a peut-être changé la donne, rendant la présence du milieu brésilien (25 ans) lors de la seconde partie de saison peut-être plus utile que prévu.

lire aussi : Entre Tudor et Gerson, de l'électricité dans l'air

Toujours est-il que le retour de Gerson au pays n'est pas une formalité. C'est ce que le président du Flamengo, Rodolfo Landim (65 ans), nous a confirmé : « Il a un contrat en vigueur avec l'OM. Il y a eu des discussions mais on est très loin d'avoir trouvé un accord. »

Une indemnité de transfert jugée trop élevéeRecruté à l'été 2021 pour 25 M€ (18 M€ + 4 M€ de bonus + 3 M€ de commissions d'agents), l'OM espère limiter la casse et réclamerait 15 M€ au club brésilien. Une somme trop élevée pour ce dernier, malgré les recettes liées à la victoire récente en Copa Libertadores.

« C'est une opération très compliquée à réaliser, assure Landim. Avec le joueur et son staff, on est d'accord. Flamengo aime Gerson et on aimerait l'avoir avec nous. Mais, vu comment les choses évoluent, j'ai l'impression que ça va être très difficile (de réaliser ce transfert). »

Du côté de l'OM, on explique que les négociations sont au ralenti, une partie de poker semblant engagée entre les deux parties. Les intermédiaires ayant amené Gerson à Marseille pourraient décanter la situation dans les prochaines semaines.

lire aussi : Toute l'actualité transferts