Nancy: Correa dézingue Chernik… "On a un gardien en bois !"

Filmé par l'émission J+1 dans le vestiaire juste après la défaite de Nancy contre Lorient (2-3) samedi à Marcel-Picot, l’entraîneur lorrain Pablo Correa a allumé son gardien de but Sergey Chernik. Il a aussi suggéré à son président Jacques Rousselot l’idée d’un départ.

« J’ai dit à mes joueurs que c’était une bande de petits cons. » Jacques Rousselot n’était pas le seul Lorrain fou de rage samedi soir après la défaite de Nancy à domicile contre Lorient (2-3). Pablo Correa, lui aussi, était furieux contre ses joueurs qui menaient 2-0 à la pause face aux Merlus. Filmé dans son vestiaire en train de faire les cent pas avant le retour de ses joueurs par la caméra de J+1, l’entraîneur de l’ASNL s’est lâché, notamment sur son gardien, le Biélorusse Sergey Chernik.

"La vérité c’est qu’on va aller en deuxième division"

« C’est ça la réalité, on n’a pas le niveau, c’est dur mais c’est comme ça. Regarde tous les buts ! On loupe les ballons ! La vérité c’est qu’on a un gardien en bois comme ça ! Il sort pas sur un corner alors que le ballon va chercher la neige ! La vérité c’est qu’on va aller en deuxième division. Il faut se le dire comme ça, voilà. On a une équipe moins bonne que l’année passée, c’est ça la vérité. »

"Si vous pensez qu’il y a quelqu’un qui pourrait faire quelque chose"

Et l’Uruguayen de s’adresser à son président Jacques Rousselot : « Et si vous pensez qu’il y a quelqu’un qui pourrait faire quelque chose, vous pouvez agir en conséquence par rapport à moi. Je vous le dis tout de suite. C’est incroyable !» Jacques Rousselot a maintenu sa confiance à son coach jusqu'à la fin de...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages