Nantes - Kita : "Je respecte ce qui a été décidé même si je ne trouve pas ça très logique"

Goal.com

Jeudi dernier, dans la foulée des annonces du Premier Ministre selon lesquelles le football ne pourrait pas reprendre, la Ligue a entériné la fin de la saison de Ligue 1 et fixé le classement au quotien de points par match. Une décision qui n'a pas fait l'unanimité au sein des clubs.

Interrogé sur cet arrêt définitif, Waldemar Kita n'a pas caché qu'il aurait aimé voir la saison se terminer : "Je vois que l'Angleterre va reprendre l'entraînement la semaine prochaine, apparemment ils vont finir à huis clos", a-t-il déclaré à L'Equipe.

"En Allemagne, en Autriche, dans les pays de l'Europe de l'Est, cela a déjà commencé. L'Italie, les Espagnols et les Portugais veulent aussi finir la saison. Après, j'ai aussi l'impression qu'ailleurs les droits télé n'ont pas été remis en question comme ici. Je comprends quelque part Canal+, mais c'est nous lâcher."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
Abdoul Kader bamba Jordan Amavi Marseille Nantes Ligue 1 22022020
Abdoul Kader bamba Jordan Amavi Marseille Nantes Ligue 1 22022020

Parmi les scénarios envisagés pour déterminer le classement, le président nantais aurait trouvé plus logique qu soit retenu le classement à l'issue de la 19e journée - les Canaris occupant alors la 6e place -, lorsque chaque club s'était affronté une fois.

"On était les seuls avec Amiens [à défendre cette option]. Je pense que c'était logique, on avait fait une partie du Championnat et pas l'autre, je pense qu'il fallait faire comme ça ou continuer. Je respecte ce qui a été décidé, même si je ne trouve pas ça très logique."

"Dramatique pour les clubs"

Enfin, celui qui est à la tête du FC Nantes depuis 2007 s'est livré sur les conséquences économiques de la situation pour l'ensemble des clubs.

"C'est dramatique pour les clubs, il faut dire les choses comme elles sont. On est préparés à trouver des solutions mais c'est dramatique. Maintenant, j'ai fini à la 13e place, j'aurais pu finir beaucoup plus haut donc, déjà, rien que sur ça, il y a un manque à gagner, sans parler des droits télé."

À lire aussi