Nantes remporte le Trophée des champions en dominant le Paris-SG

Alexandre Cavalcanti et les Nantais se sont offert le scalp du Paris-SG de Nikola Karabatic. (S. Mantey/L'Équipe)

Le HBC Nantes, tombeur du Paris-SG samedi à Poitiers (37-33), a remporté son deuxième Trophée des champions.

Le premier titre de la saison 2022-2023 est pour Nantes. Le H a remporté le Trophée des champions au bout d'un festival offensif face au Paris-SG, samedi à Poitiers (37-33). C'est sa deuxième levée dans l'épreuve après celle de 2017, déjà face à l'équipe de la capitale (32-26). Grégory Cojean, l'ex-adjoint qui a succédé cet été à Alberto Entrerrios (parti à Limoges), a idéalement commencé son mandat d'entraîneur en chef.

5

Le HBC Nantes - qui n'évolue en première division que depuis 2008 - a décroché samedi le 5e titre de son histoire, après la Coupe de France 2017, la Coupe de la Ligue en 2015 et 2022 et le Trophée des champions 2017.

Son équipe (qualifiée en tant que vainqueur de la dernière Coupe de la Ligue) a imposé un rythme effréné aux champions de France parisiens qui ont cédé sur la fin, handicapés par leur manque de rotations. Ce succès nantais a surtout valeur de symbole, face à des cannibales de la capitale qui écrasent l'Hexagone depuis dix ans et sortent d'un Championnat à 34 victoires en 34 journées.

C'est la première défaite subie par le PSG face à une équipe française depuis la demi-finale de la défunte Coupe de la Ligue contre Chambéry (28-29), le 18 décembre 2021.

Les Parisiens ont sorti deux surprises de leur manche avec leur défense étagée en « 1-5 » (avec Mathieu Grébille puis Henrik Toft Hansen) et le retour du capitaine Luka Karabatic, qui avait manqué toute la préparation en raison de douleurs à un pied. Mais ils ont peiné dès les premiers instants face au jeu rapide prôné par Cojean, que ses hommes pratiquent déjà avec bonheur (1-4, 4e ; 4-8, 11e).

Le PSG a ensuite signé l'une de ces séquences foudroyantes dont il a le secret (13-10, 20e), à base d'arrêts du nouveau gardien suédois Andreas Palicka (11 au total, dont 2 penalties) et de buts de Mathieu Grébille (5/6 au tir).

Paris et Kristopans tiraient la langue après la pause

Mené de deux longueurs à la pause (19-17, 30e), Nantes a repris le dessus petit à petit. Paris tirait la langue, surtout Dainis Kristopans (3/9). Comme on pouvait le craindre pour le colosse letton qui, sauf surprise, restera seul sur le poste d'arrière droit toute la première partie de saison en attendant le retour de blessure (genou) de la recrue Dominik Mathé...

Le PSG a tenté de trouver la solution en sortant son gardien pour attaquer à sept joueurs de champ, mais les Nantais en ont profité pour marquer plusieurs fois dans le but vide (22-24, 36e). Après une dernière égalité à 27-27 (41e), le gardien croate Ivan Pesic, jusqu'alors très discret, a signé plusieurs arrêts clés (7 au total) et le H a fait la différence pour de bon (28-30, 49e). Dans les derniers instants, les impeccables recrues espagnoles Jorge Maqueda (3/3 au shoot) et Kauldi Odriozola (6/6) transformaient la soirée en feu d'artifice (33-37, score final).

Valero Rivera, capitaine de Nantes

« On a marqué en courant, ça va être notre ADN »

« Nantes a mieux joué que nous en seconde période. On a perdu des ballons, on était moins précis », reconnaissait Nikola Karabatic au micro de beIn Sports. Le capitaine nantais Valero Rivera (8 buts dont 4 penalties) ruisselait de joie : « On a fait un match très complet, avec beaucoup d'application en défense. On a marqué en courant, ça va être notre ADN. »

Après le 16e de finale de Coupe de France à Tremblay (Proligue) mardi, le H entamera la saison de Liqui Moly Starligue vendredi 9 septembre à la H Arena face à Chambéry. Les Parisiens, qui se déplaceront à Strasbourg en Coupe de France mardi, disputeront leur premier match de Championnat à Nîmes, dimanche 11 septembre.