Naples, cap au Nord

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Luciano Spalletti est toscan. Une région si belle qu'elle a valu à Stendhal son fameux syndrome, l'auteur du Rouge et le Noir ne pouvant plus composer avec la profusion de chefs-d'œuvre architecturaux et picturaux entrevus lors de sa première visite à Florence. Gageons donc que le Toscan moyen est né pour être esthète. Mais pas seulement. La ville de Botticelli, Léonard de Vinci et Michel-Ange est aussi celle de Nicolas Machiavel, dont l'ouvrage, Le Prince, érige le pragmatisme comme valeur cardinale d'un suzerain et d'un état fonctionnel. C'est d'ailleurs d'abord de la pensée politique de l'auteur florentin que semble s'inspirer ce Napoli cuvée Spalletti.

L'axe de la raison


Ne virons pas non plus dans la caricature. Cette équipe (3e, à cinq points du leader milanais, avec un match en moins) n'est pas vilaine. Elle ne refuse certainement pas le contrôle du jeu, elle qui revendique la…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles