Nasser al-Attiyah, vainqueur de la 5e étape du Dakar : « On a attaqué comme des fous »

Al-Attiyah a signé son deuxième succès sur ce Dakar. (E. Vargiolu/Red bull content pool via AFP)

Nasser al-Attyah, vainqueur de la 5e étape du Dakar jeudi avec sa Toyota, reconnaît avoir attaqué fort pour devancer les Audi à l'arrivée. Le Qatarien consolide son avance au général.

Nasser al-Attiyah (Toyota - vainqueur de la 5e étape autos) : « C'était difficile. On a attaqué comme des fous et pris beaucoup de risques après la spéciale d'hier où nous avions lâché du temps. Les autres ont plus de puissance que nous mais c'est comme ça... On arrive fatigués mais contents de ne pas avoir connu de soucis aujourd'hui. »

lire aussi : Classement de la 5e étape du Dakar Autos 2023

Carlos Sainz (Audi - 2e de la 5e étape autos) : « C'était très exigeant pour le corps, je pense que je me suis un peu tassé la nuque sur un choc et j'espère que cela n'aura pas de conséquence demain (vendredi). L'étape était vraiment difficile. On a essayé de faire attention à la voiture. »

Stéphane Peterhansel (Audi - 3e de la 5e étape autos) : « On a fait quasiment 400 bornes seuls sans voir aucune voiture, sauf Loeb qui a dû se faire un côté. Mais c'était cassant, ça tapait dans les herbes à chameaux, on s'est fait secouer, on s'est fait martyriser dans la voiture. C'est peut-être la spéciale la plus dur physiquement que j'ai faite. Dur pour les cervicales, les impacts. Après, est-ce que l'on a un problème de réglage ? On a changé d'amortisseurs hier soir et dès le début j'ai trouvé la voiture très dure et du coup c'était un calvaire. Il y avait quelque chose qui n'allait pas. Soit nos réglages, soit les pluies qui ont rendu les angles des dunes très durs. »

Sébastien Loeb (BRX - 9e de la 5e étape autos) : « Derrière une dune cassée, il y avait un trou que je n'ai pas vu, donc on a tapé l'avant gauche et ça nous a envoyés sur le côté. On a perdu un quart d'heure à peu près, mais sur le reste de la spéciale ça a été. Physiquement c'était dur, même violent. Il y avait beaucoup de petites herbes à chameaux, ça n'arrête pas de taper dans tous les sens ».

Adrien van Beveren (Honda - vainqueur de la 5e étape motos) : « Ça a été une sacrée étape. Quasi que du hors-piste très cassant. Un moment, ceux de devant sont partis en hors-piste à un mauvais endroit, j'ai pris le bon croisement de pistes et je me suis retrouvé tout seul sans trace devant moi, je me suis dit que c'était cool. La deuxième partie de l'étape, j'ai tout ouvert.

J'ai essayé d'imprimer un gros rythme. Pendant un moment ils m'ont suivi, mais ensuite il n'y avait plus personne derrière, alors j'ai vraiment attaqué parce que je me suis dit que derrière ils allaient reprendre du terrain grâce aux traces. Il n'y avait que du sable. J'aime bien, c'est usant mais c'est certainement un point fort pour moi. C'était une grosse étape pour moi, je suis super content. Maintenant, il en reste un paquet mais ça fait du bien. »